Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 10 ss, 23 septembre 1996, 172023

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 172023
Numéro NOR : CETATEXT000007920181 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1996-09-23;172023 ?

Analyses :

ELECTIONS - ELECTIONS MUNICIPALES.


Texte :

Vu le recours du MINISTRE DE L'OUTRE-MER enregistré le 17 août 1995 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat ; le MINISTRE DE L'OUTRE-MER demande que le Conseil d'Etat :
1°) annule le jugement du 12 juillet 1995 par lequel le tribunal administratif de Mamoudzou a rejeté la demande du préfet, représentant du gouvernement à Mayotte, tendant à déclarer M. Mohammed X... inéligible aux fonctions de conseiller municipal de la commune de Tsingoni à l'occasion des opérations électorales du 11 juin 1995 ;
2°) prononce l'inéligibilité de M. X... aux fonctions de conseiller municipal de la commune de Tsingoni ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code électoral ;
Vu la loi n° 88-1262 du 30 décembre 1988 ;
Vu la loi n° 92-556 du 25 juin 1992 ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Rousselle, Maître des Requêtes,
- les conclusions de M. Combrexelle, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'aux termes de l'article 23 de la loi susvisée du 30 décembre 1988 : "L'article L. 231 du code électoral est ainsi rédigé : " ... Ne peuvent être élus conseillers municipaux dans les communes situées dans le ressort ou ils exercent où ont exercé leurs fonctions depuis moins de six moix : ... 7° Les directeurs et les chefs de bureau de préfecture et les secrétaires en chef de sous-préfecture" ; qu'aux termes de l'article 40 de ladite loi, dans sa rédaction issue de l'article 7 de la loi susvisée du 25 juin 1992 : "La présente loi est applicable dans la collectivité territoriale de Mayotte, à l'exception du III de l'article 22 en ce qu'il modifie les dix-huitième (17°) et dix-neuvième (18°) alinéas de l'article L. 195 du code électoral et des articles 25 et 30 à 38" ; que, par suite, les dispositions précitées du 7° de l'article L. 231 du code électoral sont applicables dans la collectivité territoriale de Mayotte ;
Considérant qu'il n'est pas contesté que M. X... est chef du bureau des affaires financières de la préfecture de Mamoudzou ; qu'en application des dispositions précitées du 7° de l'article L. 231 du code électoral, il est par suite inéligible aux fonctions de conseiller municipal de la commune de Tsingoni ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que le préfet, représentant du gouvernement à Mayotte, qui s'est approprié les conclusions présentées par le MINISTRE DE L'OUTRE-MER, est fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Mamoudzou a rejeté sa demande tendant à ce que M. X... soit déclaré inéligible aux fonctions de conseiller municipal de la commune de Tsingoni à l'occasion des opérations électorales du 11 juin 1995 ;
Considérant qu'il y a lieu, en application des dispositions précitées de l'article L. 231 du code électoral, de déclarer M. X... inéligible en qualité de conseiller municipal de la commune de Tsingoni et d'annuler son élection ;
Article 1er : Le jugement en date du 12 juillet 1995 du tribunal administratif de Mamoudzou est annulé.
Article 2 : L'élection de M. X... en qualité de conseiller municipal de la commune de Tsingoni est annulée.
Article 3 : La présente décision sera notifiée à M. Mohammed X..., au préfet, représentant le gouvernement à Mayotte et au ministre délégué à l'outre-mer.

Références :

Code électoral L195, L231
Loi 88-1262 1988-12-30 art. 23, art. 22, art. 25, art. 30 à 38


Publications :

Proposition de citation: CE, 23 septembre 1996, n° 172023
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Rousselle
Rapporteur public ?: M. Combrexelle

Origine de la décision

Formation : 10 ss
Date de la décision : 23/09/1996

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.