Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 3 ss, 15 novembre 1996, 130126

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 130126
Numéro NOR : CETATEXT000007918333 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1996-11-15;130126 ?

Analyses :

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - POSITIONS - CONGES - CONGES DE MALADIE.


Texte :

Vu l'ordonnance en date du 9 octobre 1991, enregistrée au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat le 14 octobre 1991, par laquelle le président de la cour administrative d'appel de Nantes a transmis au Conseil d'Etat, en application de l'article R. 81 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel, la demande présentée à cette cour par M. Jean-Marie X... ;
Vu la requête enregistrée au greffe de la cour administrative d'appel de Nantes le 7 mai 1991 et le mémoire complémentaire, enregistré au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat le 17 juin 1992, présentés pour M. Jean-Marie X..., demeurant au lieu-dit Fontaine à Bernard (85560) ; M. X... demande que le Conseil d'Etat :
1°) annule le jugement, en date du 26 février 1991, par lequel le tribunal administratif d'Orléans a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision du 24 juin 1985 par laquelle le recteur de l'académie de Nantes lui a refusé le bénéfice des dispositions statutaires relatives aux accidents de service ;
2°) annule cette décision pour excès de pouvoir ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu l'ordonnance n° 59-244 du 4 février 1959 ;
Vu le code des pensions civiles et militaires de retraite ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Courson, Auditeur,
- les observations de la SCP Le Prado, avocat de M. Jean-Marie X...,
- les conclusions de M. Stahl, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'aux termes de l'article 36 de l'ordonnance du 4 février 1959 applicable en l'espèce : "Le fonctionnaire en activité a droit : ( ...) 2° A des congés de maladie d'une durée maximum de six mois pendant une période de douze mois consécutifs en cas de maladie dûment constatée mettant l'intéressé dans l'impossibilité d'exercer ses fonctions ; le fonctionnaire en congé de maladie conserve l'intégralité de son traitement pendant une durée de trois mois ; ce traitement est réduit de moitié pendant les trois mois suivants ; le fonctionnaire conserve, en outre, ses droits à la totalité des suppléments pour charges de famille./ Toutefois si la maladie provient de l'une des causes exceptionnelles prévues à l'article L. 39 du code des pensions civiles et militaires de retraite ou d'un accident survenu dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions, le fonctionnaire conserve l'intégralité de son traitement jusqu'à ce qu'il soit en état de reprendre son service ou jusqu'à la mise à la retraite. Il a droit, en outre, au remboursement des honoraires médicaux et des frais directement entraînés par la maladie ou l'accident" ;
Considérant que M. X... a été victime le 22 juin 1982 d'un accident de trajet à la suite duquel il a été mis en observation 24 heures à l'hôpital ; qu'aucune lésion n'a été constatée ni aucun traitement prescrit ; que si l'intéressé a fait état, dix-huit mois plus tard, de troubles lombaires qu'il entend imputer à cet accident de service, il ressort des pièces du dossier qu'il était atteint d'une affection discale préexistante que l'accident n'a fait que contribuer à révéler ; qu'ainsi les lombalgies dont il souffre ne sauraient être regardées comme provenant d'un accident survenu dans l'exercice des fonctions au sens des dispositions précitées de l'article 36 de l'ordonnance du 4 février 1959 ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. X... n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif d'Orléans a rejeté sa demande ;
Article 1er : La requête de M. X... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Jean-Marie X... et au ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Références :

Ordonnance 59-244 1959-02-04 art. 36


Publications :

Proposition de citation: CE, 15 novembre 1996, n° 130126
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Courson
Rapporteur public ?: M. Stahl

Origine de la décision

Formation : 3 ss
Date de la décision : 15/11/1996

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.