Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 6 / 2 ssr, 19 mars 1997, 167380

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 167380
Numéro NOR : CETATEXT000007947784 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1997-03-19;167380 ?

Analyses :

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - NOTATION ET AVANCEMENT.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 24 février 1995 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par le SYNDICAT GENERAL CGT-FO DES PERSONNELS DU MINISTERE DES ANCIENS COMBATTANTS ET VICTIMES DE GUERRE, dont le siège social est ... (75700) Paris 07 SP, représenté par son secrétaire général en exercice ; le syndicat général C.G.T-FO demande l'annulation pour excès de pouvoir de la décision implicite de rejet par le ministre des anciens combattants de son recours hiérarchique dirigé contre certaines dispositions de la circulaire B.P.C n° 828 du 1er juillet 1994 relative à la notation et aux entretiens d'évaluation, ensemble de ces dernières dispositions ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 ;
Vu la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 ;
Vu la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991 ;
Vu le décret n° 59-308 du 14 février 1959 ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Lerche, Conseiller d'Etat,
- les conclusions de M. Piveteau, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'en invitant, par la circulaire attaquée, les fonctionnaires de son département chargés d'établir la notation des agents placés sous leur autorité à remplir, conjointement avec les intéressés, une "grille d'aide à la définition" de leurs fonctions et à avoir avec eux un "entretien de communication de la notation", au cours duquel des indications leur seraient données sur leur valeur relative par rapport à leurs collègues, le ministre des anciens combattants et victimes de guerre s'est borné à préciser les modalités d'établissement de la notation annuelle sans édicter aucune disposition nouvelle de caractère réglementaire ; qu'en recommandant d'accompagner la notation d'un entretien d'évaluation, organisé à partir d'une "grille d'aide à la définition des objectifs" assignés à chaque agent, le ministre n'a pas davantage édicté de règles nouvelles mais s'est borné à donner à ses services des instructions qui n'ont aucune incidence ni sur les droits statutaires des agents, ni sur le pouvoir d'appréciation de ceuxci par leurs supérieurs hiérarchiques ; que les dispositions attaquées de la circulaire du 1er juillet 1994 sont ainsi dépourvues de caractère réglementaire ; que le SYNDICAT GENERAL CGT-FO DES PERSONNELS DU MINISTERE DES ANCIENS COMBATTANTS ET VICTIMES DE GUERRE n'est donc pas recevable à en demander l'annulation ;
Sur les conclusions du syndicat requérant tendant à l'application des dispositions de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991 :
Considérant que les dispositions de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991 font obstacle à ce que l'Etat, qui n'est pas dans la présente instance la partie perdante, soit condamné à payer au SYNDICAT GENERAL CGT-FO DES PERSONNELS DU MINISTERE DES ANCIENS COMBATTANTS ET VICTIMES DE GUERRE les sommes qu'il réclame au titre de cet article ;
Article 1er : La requête du SYNDICAT GENERAL CGT-FO DES PERSONNELS DU MINISTERE DES ANCIENS COMBATTANTS ET VICTIMES DE GUERRE est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée au SYNDICAT GENERAL CGT-FO DES PERSONNELS DU MINISTERE DES ANCIENS COMBATTANTS ET VICTIMES DE GUERRE et au ministre délégué aux anciens combattants et victimes de guerre.

Références :

Circulaire 828 1994-07-01 décision attaquée confirmation
Loi 91-647 1991-07-10 art. 75


Publications :

Proposition de citation: CE, 19 mars 1997, n° 167380
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Lerche
Rapporteur public ?: M. Piveteau

Origine de la décision

Formation : 6 / 2 ssr
Date de la décision : 19/03/1997

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.