Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 4 ss, 21 mai 1997, 171729

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 171729
Numéro NOR : CETATEXT000007952288 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1997-05-21;171729 ?

Analyses :

ENSEIGNEMENT - QUESTIONS GENERALES - EXAMENS ET CONCOURS.


Texte :

Vu, enregistrés au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat les 7 août 1995 et 28 novembre 1996, la requête et le mémoire présentés par M. et Mme Y... BROSSAT, demeurant ... ; M. et Mme Z... demandent au Conseil d'Etat :
1°) d'annuler l'ordonnance en date du 20 février 1995 par laquelle le président de section au tribunal administratif de Paris a rejeté leur demande tendant à l'annulation de la décision par laquelle le jury de l'académie de Créteil a refusé d'admettre leur fille X... au baccalauréat professionnel option restauration-hôtellerie à la session 1994 ;
2°) d'annuler ladite délibération et la décision du 22 août 1994 rejetant leur recours gracieux ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Mion, Auditeur,
- les conclusions de M. Schwartz, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que la demande présentée par M. et Mme Z... devant le tribunal administratif de Besançon doit être regardée comme tendant à l'annulation de la décision du jury du baccalauréat professionnel "hôtellerie-restauration" de l'académie de Créteil déclarant non admise Mlle X... Brossat à la session de juin 1994 et de la décision du 22 août 1994 du recteur de l'académie de Créteil rejetant leur recours gracieux ; qu'ainsi M. et Mme Z..., dont l'appel est recevable, sont fondés à soutenir que c'est à tort que, par l'ordonnance attaquée, le président de section au tribunal administratif de Paris a rejeté leur demande comme irrecevable au motif qu'elle n'était pas dirigée contre une décision susceptible d'être déférée au juge administratif par la voie de l'excès de pouvoir et à en demander l'annulation ;
Considérant qu'il y a lieu d'évoquer et de statuer immédiatement sur la demande présentée par M. et Mme Z... devant le tribunal administratif de Paris ;
Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que le jury du baccalauréat professionnel "hôtellerie-restauration" de l'académie de Créteil a attribué la note de zéro sur vingt à l'épreuve professionnelle de Mlle X... Brossat, au motif que l'intéressée n'avait pas présenté les éléments exigés par la réglementation de l'examen et susceptibles d'être notés ; que M. et Mme Z... ne contestent pas sérieusement que la réglementation de l'examen n'a pas été respectée par leur fille ; que, s'ils soutiennent que celle-ci, qui a changé d'établissement en cours d'année, a été insuffisamment informée ou induite en erreur sur le déroulement de l'épreuve professionnelle et des stages qu'elle sanctionne, ils n'apportent aucune justification à l'appui de leurs allégations ;
Considérant qu'il n'appartient pas au juge administratif d'exercer un contrôle sur l'appréciation portée par le jury sur la valeur des épreuves des candidats à un examen ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. et Mme Z... ne sont pas fondés à demander l'annulation de la décision déclarant leur fille X... non admise à la session de juin 1994 du baccalauréat professionnel "hôtellerie-restauration" et de la décision rejetant leur recours gracieux ;
Article 1er : L'ordonnance du président de section au tribunal administratif de Paris en date du 20 février 1995 est annulée.
Article 2 : La demande présentée par M. et Mme Z... devant le tribunal administratif de Paris et le surplus des conclusions de leur requête sont rejetés.
Article 3 : La présente décision sera notifiée à M. et Mme Y... BROSSAT, et au ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche.


Publications :

Proposition de citation: CE, 21 mai 1997, n° 171729
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Mion
Rapporteur public ?: M. Schwartz

Origine de la décision

Formation : 4 ss
Date de la décision : 21/05/1997

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.