Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 3 ss, 18 février 1998, 82883

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 82883
Numéro NOR : CETATEXT000008002981 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1998-02-18;82883 ?

Analyses :

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - STATUTS - DROITS - OBLIGATIONS ET GARANTIES - STATUT GENERAL DES FONCTIONNAIRES DE L'ETAT ET DES COLLECTIVITES LOCALES - DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE (LOI DU 26 JANVIER 1984).


Texte :

Vu 1°, sous le n° 82883, la requête enregistrée le 28 octobre 1986 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée pour la COMMUNE DE CHARENTON-LE-PONT (Val-de-Marne), représentée par son maire en exercice ; la COMMUNE DE CHARENTON-LE-PONT demande au Conseil d'Etat :
1°) d'annuler le jugement du 20 juin 1986 par lequel le tribunal administratif de Paris a annulé, à la demande de M. X..., l'arrêté en date du 9 janvier 1984 par lequel le maire a licencié M. X... et la décision implicite par laquelle cette même autorité a rejeté le recours gracieux formé par ce dernier ;
2°) de rejeter la demande présentée par M. X... devant le tribunal administratif de Paris ;
Vu 2°, sous le n° 127236, l'arrêt du 20 juin 1991, enregistré au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat le 2 juillet 1991, par lequel la cour administrative d'appel de Paris a transmis au Conseil d'Etat, en application de l'article R. 74 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel, la requête présentée à cette cour par la COMMUNE DE CHARENTON-LE-PONT ;
Vu la requête sommaire et le mémoire ampliatif, enregistrés au greffe de la couradministrative d'appel de Paris les 30 mai et 21 septembre 1990, présentés pour la COMMUNE DE CHARENTON-LE-PONT (Val-de-Marne), représentée par son maire en exercice et tendant, d'une part, à l'annulation du jugement du 15 décembre 1989 par lequel le tribunal administratif de Paris a, à la demande de M. X..., annulé la décision implicite par laquelle le maire a rejeté la demande de réintégration de ce dernier et a condamné la commune à lui verser une indemnité et, d'autre part, au rejet de la demande présentée par M. X... devant le tribunal administratif de Paris ;
Vu les autres pièces des dossiers ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Derepas, Auditeur,
- les observations de Me Delvolvé, avocat de la COMMUNE DE CHARENTON-LE-PONT et de la SCP Vier, Barthélemy, avocat de M. X...,
- les conclusions de M. Touvet, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que les requêtes de la COMMUNE DE CHARENTON-LE-PONT concernent la situation d'un même agent ; qu'il y a lieu de les joindre pour statuer par une seule décision ;
Sur les conclusions de la requête n° 82883 :
Considérant que la commune requérante n'a produit aucune pièce permettant d'établir à quelle date l'arrêté du 9 janvier 1984 prononçant le licenciement de M. X... a été notifié à ce dernier ; qu'elle ne saurait, dès lors, soutenir que le recours gracieux formé par l'intéressé le 25 septembre 1984 aurait été présenté tardivement et n'aurait pas conservé à son profit le délai du recours contentieux ;
Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que, d'une part, à la date à laquelle il a pris l'arrêté litigieux, le maire de Charenton-le-Pont avait été informé de l'impossibilité pour M. X... de reprendre son service en raison de son incarcération ; que, dans ces conditions, le maire n'a pu légalement justifier le licenciement de l'intéressé par son absence, laquelle ne saurait être assimilée à un abandon de poste ; que, d'autre part, le maire n'établit pas la matérialité des autres faits sur lesquels il s'est fondé pour licencier M. X... ; que, dès lors, la COMMUNE DE CHARENTON-LE-PONT n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que, par le jugement du 20 juin 1986, le tribunal administratif a annulé l'arrêté précité du 9 janvier 1984 ;
Sur les conclusions de la requête n° 127236 :
En ce qui concerne la légalité de la décision par laquelle le maire a refusé de réintégrer M. X... :
Considérant que l'administration est tenue de réintégrer un agent dont le licenciement est annulé par la juridiction administrative, soit dans un emploi identique à celui qu'il occupait avant son éviction, soit à défaut d'emploi identique vacant, dans l'emploi même qu'il occupait, au besoin après retrait de l'acte par lequel il avait été procédé à son remplacement ; qu'ainsi la commune ne saurait utilement invoquer l'absence de poste vacant par suite du remplacement de M. X... pour justifier le refus du maire de réintégrer l'intéressé ;
Considérant que la commune ne saurait davantage invoquer la circonstance que M. X... a atteint la limite d'âge en février 1987 dès lors qu'il résulte des motifs du jugement attaqué que le tribunal administratif a annulé la décision de refus de réintégrer M. X... en tant qu'elle porte sur la période allant de la date du licenciement à celle à laquelle M. X... a atteint l'âge de 65 ans ;
En ce qui concerne la condamnation de la COMMUNE DE CHARENTON-LE-PONT à verser une indemnité à M. X... :

Considérant que, par le jugement attaqué, la COMMUNE DE CHARENTON-LE-PONT a été condamnée à verser à M. X... une indemnité correspondant à la différence entre la rémunération qu'il aurait perçue entre le 9 juillet 1984, date de sa libération, et la date à laquelle il a atteint la limite d'âge, à l'exception des éléments de rémunération liés à l'exercice effectif des fonctions, et le total des rémunérations qu'il a perçues au cours de la même période ; que le jugement renvoie l'intéressé devant l'administration pour qu'il soit procédé à la liquidation de l'indemnité ;
Considérant qu'en procédant illégalement, dans les conditions rappelées ci-dessus, au licenciement de M. X..., le maire de Charenton-le-Pont a commis une faute de nature à engager la responsabilité de la commune ; qu'il ne saurait, par suite, contester la condamnation prononcée par le jugement attaqué par un moyen tiré de ce que le licenciement aurait été régulier ;
Considérant qu'il appartient au maire, lors de la liquidation de l'indemnité due à M. X..., de déduire l'allocation pour perte d'emploi que ce dernier a pu percevoir ; que la COMMUNE DE CHARENTON-LE-PONT, qui n'allègue pas que cette allocation serait supérieure à la perte de traitements subie par l'intéressé, ne peut se fonder sur cette circonstance pour contester l'existence même d'un préjudice ;
Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que la COMMUNE DE CHARENTON-LE-PONT n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que, par le jugement du 15 décembre 1989, le tribunal administratif de Paris l'a condamnée à verser une indemnité à M. X... ;
Sur les conclusions de l'appel incident de M. X... :
Considérant que, contrairement à ce qu'a jugé le tribunal administratif, M. X... justifie avoir subi un préjudice résultant de troubles de toute nature dans ses conditions d'existence, distinct de la perte de rémunérations ; qu'il sera fait une juste appréciation de la réparation qui lui est due à ce titre par la commune en lui allouant une indemnité de 10 000 F ; qu'il y a lieu de réformer en ce sens le jugement attaqué ;
Sur les intérêts et les intérêts des intérêts :
Considérant que M. X... a droit aux intérêts de la somme que la COMMUNE DE CHARENTON-LE-PONT devra liquider comme il a été dit ci-dessus, à compter du 30 octobre 1986, date à laquelle le maire a reçu la demande d'indemnité formée par le requérant ;
Considérant que la capitalisation des intérêts a été demandée le 12 décembre 1990 ; qu'à cette date il était dû au moins une année d'intérêts ; que, dès lors, conformément aux dispositions de l'article 1154 du code civil, il y a lieu de faire droit à cette demande ;
Article 1er : La COMMUNE DE CHARENTON-LE-PONT est condamnée à verser à M. X... la somme de 10 000 F en sus de l'indemnité fixée par l'article 2 du jugement susvisé du 15 décembre 1989 du tribunal administratif de Paris.
Article 2 : Le jugement susvisé du tribunal administratif de Paris en date du 15 décembre 1989 est réformé en ce qu'il a de contraire à l'article 1 ci-dessus.
Article 3 : L'indemnité et la somme complémentaire mentionnées à l'article 1 de la présente décision porteront intérêts au taux légal à compter du 30 octobre 1986. Les intérêts échus le 12 décembre 1990 seront capitalisés à cette date pour produire eux-mêmes intérêts.
Article 4 : Les requêtes susvisées de la COMMUNE DE CHARENTON-LE-PONT et le surplus des conclusions de l'appel incident de M. X... sont rejetés.
Article 5 : La présente décision sera notifiée à la COMMUNE DE CHARENTON-LE-PONT, à M. Salah X... et au ministre de l'intérieur.

Références :

Code civil 1154


Publications :

Proposition de citation: CE, 18 février 1998, n° 82883
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Derepas
Rapporteur public ?: M. Touvet

Origine de la décision

Formation : 3 ss
Date de la décision : 18/02/1998

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.