Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 20 mars 2000, 172141

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 172141
Numéro NOR : CETATEXT000008001067 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2000-03-20;172141 ?

Analyses :

ETRANGERS - SEJOUR DES ETRANGERS.


Texte :

Vu le recours du MINISTRE DE L'INTERIEUR, enregistré au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat le 21 août 1995 ; le MINISTRE DE L'INTERIEUR demande au Conseil d'Etat :
1°) d'annuler le jugement du 17 mai 1995 par lequel le tribunal administratif de Lyon, à la demande de M. et Mme Arezki X..., a annulé la décision du 27 juin 1994 du préfet de la Loire refusant de leur délivrer un certificat de résidence en qualité d'ascendants à la charge de ressortissants français ;
2°) de rejeter la demande présentée par M. et Mme X... devant le tribunal administratif de Lyon ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ;
Vu l'accord entre la France et l'Algérie du 27 décembre 1968 modifié relatif à la circulation, à l'emploi et au séjour en France des ressortissants algériens et de leurs familles ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de Mlle Verot, Auditeur,
- les conclusions de M. Martin Laprade, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que, par une décision du 27 juin 1994, le préfet de la Loire a rejeté les demandes de M. et Mme X... tendant à la délivrance de certificats de résidence soit en qualité de visiteurs sur le fondement de l'article 7a de l'accord franco-algérien du 27 décembre 1968 modifié, soit en qualité d'ascendants à la charge d'un ressortissant français sur le fondement de l'article 7 bis b du même accord ;
Considérant qu'aux termes de l'article 7 bis de l'accord franco-algérien du 27 décembre 1968 : "Le certificat de résidence valable dix ans est délivré de plein droit : b) ( ...) Aux ascendants d'un ressortissant français et de son conjoint qui sont à sa charge" ;
Considérant que M. et Mme X... ont sept enfants de nationalité française, tous majeurs à la date de la décision attaquée ; qu'ils sont hébergés dans l'appartement que trois d'entre eux louent en commun ; que six de leurs enfants sont salariés, dont cinq justifient d'un emploi stable leur procurant des ressources mensuelles variant entre 5 et 9 000 F et ont cosigné un engagement solidaire de subvenir aux besoins de leurs parents ; que, dans ces circonstances et alors même que M. et Mme X... disposent personnellement de ressources s'élevant à 3 600 F par mois environ, le préfet de la Loire a commis une erreur manifeste en considérant qu'ils n'étaient pas à la charge de leurs enfants et en leur refusant pour ce motif un certificat de résidence au titre de l'article 7 bis b) de l'accord franco-algérien ;
Considérant qu'il suit de là que le MINISTRE DE L'INTERIEUR n'est pas fondé à se plaindre que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Lyon a annulé la décision du 27 juin 1994 par laquelle le préfet de la Loire a rejeté les demandes de certificats de résidence de M. et Mme X... ;
Article 1er : Le recours du MINISTRE DE L'INTERIEUR est rejeté.
Article 2 : La présente décision sera notifiée au ministre de l'intérieur et à M. et Mme Arezki X....


Publications :

Proposition de citation: CE, 20 mars 2000, n° 172141
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mlle Verot
Rapporteur public ?: M. Martin Laprade

Origine de la décision

Date de la décision : 20/03/2000

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.