Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 3ème sous-section jugeant seule, 17 novembre 2006, 286537

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 286537
Numéro NOR : CETATEXT000008259830 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2006-11-17;286537 ?

Texte :

Vu, 1°), sous le n° 286537, la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 31 octobre 2005 et 28 février 2006 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour M. Pierre F, demeurant ... ; M. F demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler l'arrêt du 30 août 2005 par lequel la cour administrative d'appel de Lyon d'une part a confirmé le jugement du 17 novembre 1999 du tribunal administratif de Grenoble refusant de condamner la Société des Téléphériques de Val d'Isère (STVI) à l'indemniser du préjudice subi du fait du fonctionnement du télésiège du Santel à Val d'Isère et mis à sa charge la somme de 300 euros au titre des frais non compris dans les dépens et d'autre part a refusé de mettre à la charge de la STVI et de la commune de Val d'Isère l'intégralité des frais de l'expertise ordonnée par le tribunal ;

2°) statuant au fond, de condamner la société STVI à lui verser l'indemnisation réclamée devant les premiers juges sous réserve d'actualisation, de condamner solidairement la société STVI et la commune de Val d'Isère au paiement de la totalité des frais d'expertise et d'ordonner la capitalisation des intérêts à compter de sa première demande ;

3°) de mettre à la charge de la société STVI la somme de 3 500 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Vu, 2°), sous le n° 286538, la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 31 octobre 2005 et 28 février 2006 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour M. Jean E, demeurant ... ; M. E demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler l'arrêt du 30 août 2005 par lequel la cour administrative d'appel de Lyon d'une part a confirmé le jugement du 17 novembre 1999 du tribunal administratif de Grenoble refusant de condamner la Société des Téléphériques de Val d'Isère (STVI) à l'indemniser du préjudice subi du fait du fonctionnement du télésiège du Santel à Val d'Isère et mis à sa charge la somme de 300 euros au titre des frais non compris dans les dépens et d'autre part a refusé de mettre à la charge de la STVI et de la commune de Val d'Isère l'intégralité des frais de l'expertise ordonnée par le tribunal ;

2°) statuant au fond, de condamner la société STVI à lui verser l'indemnisation réclamée devant les premiers juges sous réserve d'actualisation, de condamner solidairement la société STVI et la commune de Val d'Isère au paiement de la totalité des frais d'expertise et d'ordonner la capitalisation des intérêts à compter de sa première demande ;

3°) de mettre à la charge de la société STVI la somme de 3 500 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

....................................................................................

Vu, 3°), sous le n° 286539, la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 31 octobre 2005 et 28 février 2006 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour M. Jean-Louis D, demeurant ... ; M. D demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler l'arrêt du 30 août 2005 par lequel la cour administrative d'appel de Lyon d'une part a confirmé le jugement du 17 novembre 1999 du tribunal administratif de Grenoble refusant de condamner la Société des Téléphériques de Val d'Isère (STVI) à l'indemniser du préjudice subi du fait du fonctionnement du télésiège du Santel à Val d'Isère et mis à sa charge la somme de 300 euros au titre des frais non compris dans les dépens et d'autre part a refusé de mettre à la charge de la STVI et de la commune de Val d'Isère l'intégralité des frais de l'expertise ordonnée par le tribunal ;

2°) statuant au fond, de condamner la société STVI à lui verser l'indemnisation réclamée devant les premiers juges sous réserve d'actualisation, de condamner solidairement la société STVI et la commune de Val d'Isère au paiement de la totalité des frais d'expertise et d'ordonner la capitalisation des intérêts à compter de sa première demande ;

3°) de mettre à la charge de la société STVI la somme de 3 500 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

....................................................................................

Vu, 4°), sous le n° 286540, la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 31 octobre 2005 et 28 février 2006 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour la SCI DU HAUT SAMOUREAU, dont le siège est 75, rue de Miromesnil à Paris (75008) ; la SCI DU HAUT SAMOUREAU demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler l'arrêt du 30 août 2005 par lequel la cour administrative d'appel de Lyon d'une part a confirmé le jugement du 17 novembre 1999 du tribunal administratif de Grenoble refusant de condamner la Société des Téléphériques de Val d'Isère (STVI) à l'indemniser du préjudice subi du fait du fonctionnement du télésiège du Santel à Val d'Isère et mis à sa charge la somme de 300 euros au titre des frais non compris dans les dépens et d'autre part a refusé de mettre à la charge de la STVI et de la commune de Val d'Isère l'intégralité des frais de l'expertise ordonnée par le tribunal ;

2°) statuant au fond, de condamner la société STVI à lui verser l'indemnisation réclamée devant les premiers juges sous réserve d'actualisation, de condamner solidairement la société STVI et la commune de Val d'Isère au paiement de la totalité des frais d'expertise et d'ordonner la capitalisation des intérêts à compter de sa première demande ;

3°) de mettre à la charge de la société STVI la somme de 3 500 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

....................................................................................

Vu, 5°), sous le n° 286541, la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 31 octobre 2005 et 28 février 2006 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour M. Alain C, demeurant ... ; M. C demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler l'arrêt du 30 août 2005 par lequel la cour administrative d'appel de Lyon d'une part a confirmé le jugement du 17 novembre 1999 du tribunal administratif de Grenoble refusant de condamner la Société des Téléphériques de Val d'Isère (STVI) à l'indemniser du préjudice subi du fait du fonctionnement du télésiège du Santel à Val d'Isère et mis à sa charge la somme de 300 euros au titre des frais non compris dans les dépens et d'autre part a refusé de mettre à la charge de la STVI et de la commune de Val d'Isère l'intégralité des frais de l'expertise ordonnée par le tribunal ;

2°) statuant au fond, de condamner la société STVI à lui verser l'indemnisation réclamée devant les premiers juges sous réserve d'actualisation, de condamner solidairement la société STVI et la commune de Val d'Isère au paiement de la totalité des frais d'expertise et d'ordonner la capitalisation des intérêts à compter de sa première demande ;

3°) de mettre à la charge de la société STVI la somme de 3 500 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

....................................................................................

Vu, 6°), sous le n°286542, la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 31 octobre 2005 et 28 février 2006 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour M. Jean-Pierre B, demeurant ... ; M. B demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler l'arrêt du 30 août 2005 par lequel la cour administrative d'appel de Lyon d'une part a confirmé le jugement du 17 novembre 1999 du tribunal administratif de Grenoble refusant de condamner la Société des Téléphériques de Val d'Isère (STVI) à l'indemniser du préjudice subi du fait du fonctionnement du télésiège du Santel à Val d'Isère et mis à sa charge la somme de 300 euros au titre des frais non compris dans les dépens et d'autre part a refusé de mettre à la charge de la STVI et de la commune de Val d'Isère l'intégralité des frais de l'expertise ordonnée par le tribunal ;

2°) statuant au fond, de condamner la société STVI à lui verser l'indemnisation réclamée devant les premiers juges sous réserve d'actualisation, de condamner solidairement la société STVI et la commune de Val d'Isère au paiement de la totalité des frais d'expertise et d'ordonner la capitalisation des intérêts à compter de sa première demande ;

3°) de mettre à la charge de la société STVI la somme de 3 500 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

....................................................................................

Vu, 7°), sous le n° 286543, la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 31 octobre 2005 et 28 février 2006 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour M. Bernard A, demeurant ... ; M. A demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler l'arrêt du 30 août 2005 par lequel la cour administrative d'appel de Lyon d'une part a confirmé le jugement du 17 novembre 1999 du tribunal administratif de Grenoble refusant de condamner la Société des Téléphériques de Val d'Isère (STVI) à l'indemniser du préjudice subi du fait du fonctionnement du télésiège du Santel à Val d'Isère et mis à sa charge la somme de 300 euros au titre des frais non compris dans les dépens et d'autre part a refusé de mettre à la charge de la STVI et de la commune de Val d'Isère l'intégralité des frais de l'expertise ordonnée par le tribunal ;

2°) statuant au fond, de condamner la société STVI à lui verser l'indemnisation réclamée devant les premiers juges sous réserve d'actualisation, de condamner solidairement la société STVI et la commune de Val d'Isère au paiement de la totalité des frais d'expertise et d'ordonner la capitalisation des intérêts à compter de sa première demande ;

3°) de mettre à la charge de la société STVI la somme de 3 500 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

....................................................................................

Vu les autres pièces des dossiers ;

Vu le code de justice administrative, notamment son article R.761-1 ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. Laurent Cabrera, Auditeur,

- les observations de la SCP Gatineau, avocat de M. F et autres,

- les conclusions de M. François Séners, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que les requêtes sus-visées sont dirigées contre des arrêts identiques, sont rédigées dans les mêmes termes et présentent des conclusions semblables ; qu'il y a lieu de les joindre pour statuer par une seule décision ;

Considérant qu'aux termes de l'article L. 822-1 du code de justice administrative : Le pourvoi en cassation devant le Conseil d'Etat fait l'objet d'une procédure préalable d'admission. L'admission est refusée par décision juridictionnelle si le pourvoi est irrecevable ou n'est fondé sur aucun moyen sérieux ;

Considérant que pour demander l'annulation des arrêts attaqués, M. F, M. E, M. D, la SCI du HAUT SAMOUREAU, M. C, M. B et M. A soutiennent qu'ils sont insuffisamment motivés en ce qu'ils n'exposent pas en quoi la seule circonstance que le dommage était saisonnier le privait du caractère anormal et spécial et en ce qu'ils ne répondent pas au moyen tiré de ce que les frais de l'expertise ne pouvaient pas rester à la charge des propriétaires dès lors que celle-ci avait été ordonnée dans une instance ayant abouti à la responsabilité de la commune de Val d'Isère ; que la cour a dénaturé les pièces du dossier en jugeant que la pression acoustique relevée n'exposait pas les appelants à un préjudice anormal et spécial, à la fois quant à l'appréciation du bruit sur les balcons ou fenêtres ouvertes et quant au caractère saisonnier des nuisances ; qu'elle a dénaturé les pièces du dossier et commis une erreur de droit en mettant à la charge des propriétaires les frais d'expertise ;

Considérant qu'aucun de ces moyens n'est de nature à permettre l'admission des requêtes en tant qu'elles tendent à l'annulation des arrêts attaqués, en ce qu'ils ont confirmé les jugements du 17 novembre 1999 du tribunal administratif de Grenoble refusant de condamner la Société des Téléphériques de Val d'Isère (STVI) à indemniser les requérants du préjudice subi du fait du fonctionnement du télésiège du Santel à Val d'Isère et mis à leur charge la somme de 300 euros au titre des frais non compris dans les dépens ;

Considérant en revanche qu'il y a lieu d'admettre les conclusions tendant à l'annulation des arrêts attaqués, en ce qu'ils concernent la charge des frais de l'expertise ordonnée par le tribunal ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : Les conclusions de M. F, M. E, M. D, la SCI du HAUT SAMOUREAU, M. C, M. B et M. A tendant à l'annulation des arrêts attaqués, en ce qu'ils concernent la charge des frais de l'expertise ordonnée par le tribunal sont admises.

Article 2 : Le surplus de conclusions de M. F, M. E, M. D, la SCI du HAUT SAMOUREAU, M. C, M. B et M. A n'est pas admis.

Article 3 : La présente décision sera notifiée à M. Pierre F, M. Jean E, M. Jean-Louis D, la SCI du HAUT SAMOUREAU, M. Alain C, M. Jean-Pierre B et à M. Bernard A.

Une copie en sera adressée à la commune de Val d'Isère, à la société des téléphériques de Val d'Isère et au ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer.


Publications :

Proposition de citation: CE, 17 novembre 2006, n° 286537
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Martin Laprade
Rapporteur ?: M. Laurent Cabrera
Avocat(s) : SCP PEIGNOT, GARREAU ; HAAS ; SCP GATINEAU

Origine de la décision

Formation : 3ème sous-section jugeant seule
Date de la décision : 17/11/2006

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.