Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 3eme chambre, 20 mai 2003, 99BX00763

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 99BX00763
Numéro NOR : CETATEXT000007502148 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2003-05-20;99bx00763 ?

Texte :

Vu la requête enregistrée le 8 avril 1999 au greffe de la cour administrative d'appel de Bordeaux, présentée pour M. Philippe X, demeurant ... par la SCP Issandou, Tandonnet, Bastoul, avocats au barreau d'Agen ; M. X demande que la cour :

1) annule le jugement en date du 4 février 1999 par lequel le tribunal administratif de Pau a rejeté sa demande tendant à la condamnation de la commune de Montréal-du-Gers à réparer les conséquences dommageables de l'accident dont il a été victime le 21 juin 1993 ;

2) condamne la commune de Montréal-du-Gers à lui verser une provision de 50 000 F et désigne un expert aux fins d'évaluer l'étendue de son préjudice ;

.........................................................................................................

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de la sécurité sociale ;

Classement CNIJ : 60-02-03-02-01-02 C+

Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel et le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 23 avril 2003 :

- le rapport de Mme Jayat, premier conseiller,

- et les conclusions de Mme Boulard, commissaire du gouvernement ;

Considérant que, le 20 juin 1993, M. X a été blessé en heurtant le fond du plan d'eau aménagé de Montréal-du-Gers après avoir plongé du ponton situé au milieu du plan d'eau ; qu'il résulte de l'instruction qu'à la date de l'accident, le niveau du plan d'eau, qui venait de faire l'objet d'une opération de vidange, était situé entre cinquante centimètres et un mètre ; qu'il est constant que la seule signalisation en place à la date de l'accident indiquait que la baignade était surveillée du 1° juillet au 31 août ; qu'en l'absence de toute signalisation du danger lié au faible niveau de l'eau, le maire de la commune de Montréal-du-Gers a commis une faute dans l'exercice de ses pouvoirs de police de nature à engager la responsabilité de la commune ;

Considérant, toutefois, qu'il résulte de l'instruction que la victime s'étant rendue à pied jusqu'au ponton et ayant plongé plusieurs fois avant l'accident, ne pouvait ignorer le faible niveau de l'eau ; qu'ainsi, et alors même que les amis qui l'accompagnaient sont revenus sur leurs déclarations initiales consignées aux procès-verbaux établis durant l'enquête de gendarmerie, selon lesquelles ils l'avaient mis en garde contre les dangers liés au faible niveau d'eau, M. X, en prenant l'initiative de plonger à plusieurs reprises malgré la faible profondeur de l'eau, a commis une très grave imprudence ; que les premiers juges ont fait une juste appréciation des circonstances de l'espèce en estimant que cette imprudence était de nature à exonérer la commune de la totalité de sa responsabilité ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. X n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que le tribunal administratif de Pau a rejeté sa demande tendant à la condamnation de la commune de Montréal-du-Gers à réparer les conséquences dommageables de l'accident dont il a été victime le 20 juin 1993 ; qu'il y a lieu, par voie de conséquence, de rejeter les conclusions de la caisse primaire d'assurance maladie de Lot-et-Garonne tendant à la condamnation de la commune à lui verser une somme correspondant au montant de ses débours et à l'application du 5° alinéa de l'article L 376-1 du code de la sécurité sociale ;

Considérant que les dispositions de l'article L 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que la commune de Montréal-du-Gers, qui n'est pas la partie perdante dans la présente instance, soit condamnée à verser à la caisse primaire d'assurance maladie de Lot-et-Garonne la somme que celle-ci demande en application dudit article ;

DECIDE

Article 1er : La requête de M. Philippe X et les conclusions de la caisse primaire d'assurance maladie de Lot-et-Garonne sont rejetées.

2

99BX00763


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. CHAVRIER
Rapporteur ?: Mme JAYAT
Rapporteur public ?: Mme BOULARD
Avocat(s) : TANDONNET

Origine de la décision

Formation : 3eme chambre
Date de la décision : 20/05/2003

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.