Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 6ème chambre (formation à 3), 26 décembre 2006, 04BX00529

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 04BX00529
Numéro NOR : CETATEXT000017993624 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2006-12-26;04bx00529 ?

Texte :

Vu la requête et le mémoire ampliatif enregistrés au greffe de la cour le 25 mars 2004 et le 26 avril 2004, présentés pour M. Jean-Claude X, demeurant ..., par Me Lagrange ;

M. X demande à la cour :

1°) d'annuler le jugement du 15 décembre 2003 par lequel le tribunal administratif de Toulouse a rejeté sa demande d'annulation de la décision en date du 25 avril 2000 par laquelle le ministre de l'intérieur l'a exclu de ses fonctions pour une durée de vingt-quatre mois, dont vingt mois avec sursis ;

2°) d'annuler pour excès de pouvoir cette décision ;

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 ;

Vu la loi n° 2002-1062 du 6 août 2002 ;

Vu le décret n° 86-592 du 18 mars 1986 ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 12 décembre 2006 :

- le rapport de M. Richard ;

- et les conclusions de M. Valeins, commissaire du gouvernement ;

Considérant que M. X demande l'annulation du jugement du 15 décembre 2003 par lequel le tribunal administratif de Toulouse a rejeté sa demande dirigée contre la décision du 25 avril 2000 par laquelle le ministre de l'intérieur l'a exclu de ses fonctions pour une durée de vingt-quatre mois, dont vingt mois avec sursis ;

Considérant qu'aux termes de l'article 7 du code de déontologie de la police nationale édicté par le décret n° 86-592 du 18 mars 1986 : « Le fonctionnaire de la police nationale… ne se départit de sa dignité en aucune circonstance. Placé au service du public, le fonctionnaire de police se comporte envers celui-ci d'une manière exemplaire. Il a le respect absolu des personnes… » ;

Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que, dans la nuit du 14 au 15 août 1998, à la suite d'un tapage nocturne occasionné par l'un de ses voisins, M. X, fonctionnaire de police, s'est emparé d'une carabine et a tiré deux coups de feu en direction de la villa voisine, où deux impacts de balle ont été retrouvés sur la façade, dont l'un à hauteur d'homme ; que ces faits ont été constatés par le juge pénal et ont donné lieu à une condamnation à six mois d'emprisonnement avec sursis, prononcée par le tribunal de grande instance de Castres et confirmée par la cour d'appel de Toulouse ; que, dès lors, leur exactitude matérielle est établie ;

Considérant que ces faits sont de nature à justifier une sanction ; qu'en prenant à l'égard de M. X la sanction d'exclusion de ses fonctions pour une durée de vingt-quatre mois, dont vingt mois avec sursis, prononcée à raison de ces faits, qui doivent s'apprécier compte tenu de la qualité de gardien de la paix de l'intéressé et des obligations déontologiques de dignité et d'exemplarité qui s'imposaient à lui, alors même qu'il n'était pas en service, qu'il n'a pas mis en avant sa qualité de fonctionnaire de police, qu'il n'a pas utilisé une arme de fonction , et qu'il n'a pas voulu porter atteinte à la considération et au crédit de la police, le ministre de l'intérieur n'a pas entaché sa décision d'erreur manifeste d'appréciation ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que M. X n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif a prononcé le rejet de sa demande tendant à l'annulation de la sanction prononcée à son encontre ;

Considérant qu'il n'y a pas lieu, dans les circonstances de l'affaire, de condamner M. X à verser à l'Etat une somme au titre des frais de procès non compris dans les dépens ;

DECIDE :

Article 1er : La requête de M. X est rejetée.

Article 2 : Les conclusions du ministre de l'intérieur tendant à l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

2

No 04BX00529


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. ZAPATA
Rapporteur ?: M. Jean-Emmanuel RICHARD
Rapporteur public ?: M. VALEINS
Avocat(s) : LAGRANGE

Origine de la décision

Formation : 6ème chambre (formation à 3)
Date de la décision : 26/12/2006

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.