Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 3ème chambre (formation à 3), 13 octobre 2009, 08BX01257

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 08BX01257
Numéro NOR : CETATEXT000021219228 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2009-10-13;08bx01257 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée au greffe de la cour le 13 mai 2008, présentée pour M. et Mme Eric X, Lilio X et Wendy X, demeurant ...; les requérants demandent à la cour :

1°) d'annuler le jugement n° 0700174 en date du 13 mars 2008, par lequel le tribunal administratif de Poitiers a rejeté leur demande tendant à la condamnation de la communauté d'agglomération de Niort à payer à M. X une indemnité de 47 500 euros, à Mme X une indemnité de 6 000 euros et Lilio et Wendy X une indemnité de 3 000 euros chacun en réparation des conséquences dommageables d'un accident survenu le 15 octobre 2005 ;

2°) de condamner la communauté d'agglomération de Niort à leur payer ces indemnités, outre 3 000 euros au titre de l'article L.761-1 du code de justice administrative ;

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la loi du 28 pluviôse an VIII ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 15 septembre 2009 :

- le rapport de M. Pouzoulet, président assesseur,

- les observations de Me Meunier pour M. et Mme X,

- et les conclusions de M. Vié, rapporteur public ;

La parole ayant été à nouveau donnée aux parties ;

Considérant que M. Eric X, qui circulait le 15 octobre 2005 sur la route communale n° 35 sur le territoire de la commune de Magne au lieu-dit Le Gué en direction de Sansais s'est déporté sur l'accotement lors du croisement avec un véhicule venant en sens inverse ; qu'ayant, pour revenir sur la voie de circulation du fait de la présence de gravillon amoncelé sur le bord de la chaussée, donné un coup de volant à gauche, il a perdu le contrôle de son véhicule qui a terminé sa course contre un arbre ; qu'il a été grièvement blessé dans la collision ; que M. et Mme X font appel du jugement du 13 mars 2008 par lequel tribunal administratif de Poitiers a rejeté leur demande tendant à ce que la communauté d'agglomération de Niort soit condamnée à les indemniser des conséquences dommageables de l'accident ;

Sur la régularité du jugement :

Considérant que les premiers juges ont relevé la présence d'un excès de gravillons sur les bords de la chaussée et constaté que la présence de gravillons, y compris de ceux accumulés sur les bords de la voie publique, était signalée par un panneau AK 22 projection de gravillons précédant la zone des travaux, lui-même suivi d'un panneau signalant une limitation de vitesse à 50 km/h ; qu'ils en ont déduit que la communauté d'agglomération de Niort devait être regardée comme ayant apporté la preuve de l'entretien normal de la voie publique ; que le tribunal, qui n'était pas tenu de répondre à tous les arguments de M. X relatif à l'amas de gravillons sur les bas-côtés de la chaussée, et au balayage insuffisant de celle-ci, n'a ainsi et en tout état de cause entaché sa décision d'aucune contradiction de motifs, ni omis de statuer sur le moyen relatif au défaut d'entretien normal de la voie publique ; que dès lors qu'aucun défaut d'entretien normal ne pouvait être imputé à la communauté d'agglomération de Niort, maître d'ouvrage, le tribunal n'était pas non plus tenu de se prononcer sur le comportement de M. X ; qu'il suit de là que le moyen tiré de l'irrégularité du jugement sera écarté ;

Au fond :

Considérant qu'il résulte de l'instruction que l'accident dont a été victime M. X s'est produit sur la section de la route communale n° 35 qui était rectiligne, d'une largeur de 4,5 mètres, et venait de faire l'objet de travaux de bitumage et de gravillonnage ; que le procès-verbal de gendarmerie mentionnant les constatations effectuées le jour de l'accident, fait état d'un panneau de danger signalant la projection de gravillons ; que ce panneau, disposé à une distance appropriée de la section dangereuse, dans le sens de circulation qui ne pouvait être que celui-ci suivi par M. X, était suffisant pour alerter les usagers des risques inhérents au gravillonnage récent de la chaussée, y compris des risques de dérapage ; que la communauté d'agglomération de Niort n'était pas tenue de faire procéder au balayage et à l'enlèvement des gravillons en excès au centre et sur les bas-côtés de la chaussée à la suite de travaux réalisés trois jours auparavant et après la réouverture de la route ; qu'elle doit ainsi être regardée comme apportant la preuve de l'entretien normal de la voie publique ; que dans ces conditions l'embardée qui fit déraper le véhicule de M. X a pour seule origine une manoeuvre inappropriée du conducteur lors du croisement avec un autre véhicule ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. et Mme X ne sont pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Poitiers a rejeté leur demande d'indemnisation ; que, par suite, les conclusions de la Caisse primaire d'assurance maladie des Deux-Sèvres tendant au paiement de ses débours et de l'indemnité forfaitaire ne peuvent qu'être rejetées ;

Sur les conclusions tendant à l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que la communauté d'agglomération de Niort, qui n'est pas la partie perdante dans la présente instance, soit condamnée à verser à M. et Mme X et à la Caisse primaire d'assurance maladie des Deux Sèvres la somme qu'ils demandent au titre des frais exposés par eux et non compris dans les dépens ;

DECIDE :

Article 1er : La requête de M. et Mme X est rejetée.

Article 2 : Les conclusions de la Caisse primaire d'assurance maladie des Deux Sèvres sont rejetées.

''

''

''

''

3

N° 08BX01257


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Mme FLECHER-BOURJOL
Rapporteur ?: M. Philippe POUZOULET
Rapporteur public ?: M. VIE
Avocat(s) : SCP DROUINEAU COSSET GALLET

Origine de la décision

Formation : 3ème chambre (formation à 3)
Date de la décision : 13/10/2009

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.