Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Douai, 1ere chambre, 29 avril 2003, 01DA00404

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 01DA00404
Numéro NOR : CETATEXT000007601493 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.douai;arret;2003-04-29;01da00404 ?

Texte :

Vu l'ordonnance en date du 3 avril 2001 par laquelle le président de la section du contentieux a transmis à la Cour la requête enregistrée le 28 février 2001 au greffe de la cour administrative d'appel de Nancy présentée pour M. X, demeurant ..., par Me Thouroude, avocat ;

Vu la requête, enregistrée le 17 avril 2001 au greffe de la cour administrative d'appel de Douai, par laquelle M. X demande à la Cour :

1') d'annuler le jugement n° 95-3870 en date du 20 décembre 2000 du tribunal administratif de Lille qui a rejeté sa demande tendant, d'une part, à la condamnation du département du Pas-de-Calais à lui verser la somme de 50 000 francs augmentée des intérêts au taux légal à compter de l'enregistrement de la requête, en réparation du préjudice subi suite à l'accident survenu le 24 avril 1994 et ayant provoqué la mort d'un cheval lui appartenant et, d'autre part, à la condamnation du département du Pas-de-Calais à verser la somme de 3 500 francs au titre de l'article L. 8-1 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ainsi qu'aux entiers dépens ;

2°) de condamner le département du Pas-de-Calais à lui verser la somme de 50 000 francs avec intérêts de droit à compter de sa requête introductive d'instance ;

3°) de condamner le département à lui verser la somme de 7 000 francs en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Code C Classement CNIJ : 60-01-02-01-03-02

Il soutient que la faute qu'il a prétendument commise n'avait, en aucun cas, l'exclusivité ou la gravité susceptible de justifier d'une exonération totale de responsabilité de l'administration ;

Vu le jugement attaqué ;

Vu le mémoire en défense, enregistré le 30 août 2001, présenté pour le département du Pas-de-Calais, représenté par le président du conseil général en exercice, par Me Dutat, avocat, concluant au rejet de la requête et à la condamnation de M. X à lui verser la somme de 5 000 francs au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ; il fait valoir que la juxtaposition d'un panneau signalant la traversée possible de cerfs ou de biches implanté au droit du chemin forestier d'où l'animal a débouché et d'un panneau relatif à celle de cavaliers n'aurait présenté aucun intérêt ; que la signalisation d'un passage possible de cavaliers aurait été très insuffisante pour mettre en garde les usagers du chemin départemental contre l'irruption possible d'un cheval au galop ; que la faute de M. X revêtait bien les caractères de gravité et d'exclusivité ;

Vu le mémoire en réplique, enregistré le 20 septembre 2001, présenté par M. X qui conclut aux mêmes fins que sa requête par les mêmes moyens ; il soutient, en outre, qu'à l'endroit de l'accident, aucune signalisation n'avait été installée de nature à informer du passage des animaux et cavaliers alors qu'au surplus des travaux ont occasionné une déviation sur le chemin départemental 113 E rendant encore plus dangereuse la traversée de la route forestière ; qu'il n'existait pas non plus de limitation de vitesse à l'endroit de l'accident ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la loi du 28 pluviôse an VIII ;

Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience,

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 3 avril 2003 où siégeaient Mme Sichler, président de chambre, Mme Merlin-Desmartis, président-assesseur et M. Quinette, premier conseiller :

- le rapport de Mme Merlin-Desmartis, président-assesseur,

- les observations de Me Masson, avocat, membre de la SCP Dutat Lefevre et associés, pour le département du Pas-de Calais,

- et les conclusions de M. Yeznikian, commissaire du gouvernement ;

Considérant que, le 24 avril 1994, alors qu'il effectuait une promenade équestre dans la forêt domaniale d'Hardelot, M. X a été désarçonné et perdu le contrôle de son cheval ; que ce dernier a fui sur un chemin forestier puis a débouché sur le chemin départemental 113E où il a été heurté par un véhicule circulant sur cette voie publique ;

Considérant que, dans les circonstances de l'espèce, le cheval de M. X circulant en toute liberté pouvait être assimilé à un animal sauvage ; que, dans ces conditions, l'implantation d'un panneau indiquant le passage possible d'animaux sauvages à proximité immédiate du chemin forestier duquel a surgi ledit cheval était suffisante pour prévenir les usagers de la route et les inciter à la prudence ; que la présence d'une signalisation spécifique relative au risque particulier que constituait le passage de cavaliers n'était en conséquence pas nécessaire ; qu'il n'est, par ailleurs, pas établi qu'un panneau de limitation de vitesse était, à cet endroit, nécessaire ; que, dès lors, le département du Pas-de-Calais a établi que la voie publique a fait l'objet d'un entretien normal ; qu'ainsi sa responsabilité ne saurait être engagée ;

Sur les conclusions tendant à l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que le département du Pas-de-Calais qui n'est pas, dans la présente instance, la partie perdante, soit condamné à verser à M. X la somme qu'il demande au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ;

Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de condamner M. X à verser au département du Pas-de-Calais la somme de 750 euros au titre des mêmes frais ;

DÉCIDE :

Article 1er : La requête de M. X est rejetée.

Article 2 : M. X est condamné à verser au département du Pas-de-Calais la somme de 750 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

Article 3 : La présente décision sera notifiée à M. X, au département du Pas-de-Calais et au ministre de l'équipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer.

Copie sera transmise au préfet du Pas-de-Calais.

Délibéré à l'issue de l'audience publique du 3 avril 2003 dans la même composition que celle visée ci-dessus.

Prononcé en audience publique le 29 avril 2003.

Le rapporteur

Signé : M. Merlin-Desmartis

Le président de chambre

Signé : F. Sichler

Le greffier

Signé : M. Milard

La République mande et ordonne au ministre de l'équipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer en ce qui le concerne ou à tous huissiers de justice à ce requis en ce qui concerne les voies de droit commun, contre les parties privées, de pourvoir à l'exécution de la présente décision.

Pour expédition conforme

Le greffier

M. Milard

5

N°01DA00404


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Mme Sichler
Rapporteur ?: Mme Lemoyne de Forges
Rapporteur public ?: M. Yeznikian
Avocat(s) : SCP DUTAT LEFEVRE et ASSOCIES

Origine de la décision

Formation : 1ere chambre
Date de la décision : 29/04/2003

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.