Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 1 / 4 ssr, 10 octobre 1975, 97967

Imprimer

Sens de l'arrêt : Annulation totale
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Recours pour excès de pouvoir Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 97967
Numéro NOR : CETATEXT000007644127 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1975-10-10;97967 ?

Analyses :

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - CADRES ET EMPLOIS - CREATION - TRANSFORMATION OU SUPPRESSION DE CORPS - GRADES ET EMPLOIS - Suppression des juridictions françaises au Maroc - Non-renouvellement du contrat d'un magistrat français - Indemnité de fin de service - Refus - Responsabilité financière de l'Etat.

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - REMUNERATION - INDEMNITES ET AVANTAGES DIVERS - INDEMNITES ALLOUEES AUX FONCTIONNAIRES SERVANT OUTRE-MER - Maroc - Non-renouvellement du contrat d'un magistrat français - Indemnité de fin de service - Refus - Responsabilité financière de l'Etat.


Texte :

VU LA REQUETE PRESENTEE PAR LE SIEUR X..., ANDRE, CONSEILLER A LA COUR D'APPEL D'AGEN LOT-ET-GARONNE , LADITE REQUETE ENREGISTREE AU SECRETARIAT DU CONTENTIEUX DU CONSEIL D'ETAT LE 16 JANVIER 1975 ET TENDANT A CE QU'IL PLAISE AU CONSEIL ANNULER LA DECISION EN DATE DU 26 DECEMBRE 1974 PAR LAQUELLE LE MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES A REFUSE DE LUI ACCORDER L'INDEMNITE DE FIN DE SERVICE, A RAISON DE SERVICES ACCOMPLIS AU MAROC, POUR LA PERIODE DU 1ER JANVIER 1964 AU 30 SEPTEMBRE 1972 ;
VU LA LOI DU 4 AOUT 1956, ENSEMBLE LE DECRET DU 22 FEVRIER 1958 ; VU LA CONVENTION JUDICIAIRE FRANCO-MAROCAINE EN DATE DU 5 OCTOBRE 1957, RATIFIEE PAR L'ORDONNANCE DU 10 DECEMBRE 1958 ET PUBLIEE AU JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE PAR LE DECRET DU 12 JANVIER 1960 ; VU L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945, ENSEMBLE LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ET LE DECRET DU 28 JANVIER 1969 ; VU LA LOI DU 26 DECEMBRE 1969 ;
CONSIDERANT QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 11 DE LA LOI DU 4 AOUT 1956 : "L'ETAT APPORTE SA GARANTIE SUR LA BASE DES REGLEMENTATIONS TUNISIENNES ET MAROCAINES EN VIGUEUR A LA DATE DE LA PROMULGATION DE LA PRESENTE LOI, AUX PENSIONS, AUX RENTES VIAGERES, AUX INDEMNITES DE FIN DE SERVICE OU PRIMES DE REMPLACEMENT CONSTITUEES AUPRES DES CAISSES DE RETRAITE VISEES A L'ARTICLE 1ER POUR LES FONCTIONNAIRES ET AGENTS FRANCAIS EN ACTIVITE OU A LA RETRAITE". QUE D'APRES L'ARTICLE 11 DU DECRET DU 22 FEVRIER 1958 PORTANT REGLEMENT D'ADMINISTRATION PUBLIQUE POUR L'APPLICATION DE L'ARTICLE 11 DE LA Loi PRECITEE DU 4 AOUT 1956 : "LES PERSONNELS BENEFICIAIRES AU 9 AOUT 1956 DES DISPOSITIONS DE L'ARRETE VIZIRIEL DU 10 NOVEMBRE 1951 ET REMPLISSANT, AU MOMENT OU ILS CESSENT D'ETRE REMUNERES PAR LES BUDGETS LOCAUX, LES CONDITIONS FIXEES AU REGLEMENT ANNEXE A L'ARRETE VIZIRIEL PRECITE POUR POUVOIR PRETENDRE A L'INDEMNITE DE FIN DE SERVICE, BENEFICIENT, EN CAS DE REFUS DE PAIEMENT DE CETTE INDEMNITE, D'UNE GARANTIE DE L'ETAT SUR LA BASE, D'UNE PART DES DROITS ACQUIS PAR EUX AU 9 AOUT 1956, D'AUTRE PART DES DROITS QU'ILS AURAIENT ACQUIS AU TITRE DES SERVICES POSTERIEURS, COMPTE TENU DU NIVEAU DES REMUNERATIONS A CETTE DATE" ;
CONSIDERANT QU'IL EST CONSTANT QUE LE SIEUR X... QUI AVAIT ETE NOMME JUGE AU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE D'OUJDA PAR DECRET DU 22 FEVRIER 1950 ET BENEFICIAIT A CE TITRE DES DISPOSITIONS DE L'ARRETE VIZIRIEL DU 10 NOVEMBRE 1951, A SIGNE LE 23 NOVEMBRE 1957 AVEC LE GOUVERNEMENT MAROCAIN UN CONTRAT AU TITRE DE L'ARTICLE 1ER DE LA CONVENTION JUDICIAIRE FRANCO-MAROCAINE DU 5 OCTOBRE 1957 POUR EXERCER LES FONCTIONS DE CONSEILLER A LA COUR D'APPEL DE RABAT ; QUE CE CONTRAT STIPULAIT EXPRESSEMENT EN SON ARTICLE 7 : "LE MAGISTRAT CONTRACTANT CONTINUERA A ACQUERIR DES DROITS A L'INDEMNITE DE FIN DE SERVICE ET A LA PRIME DE REMPLACEMENT AUX-QUELLES LUI DONNENT VOCATION LES DISPOSITIONS EN VIGUEUR A LA DATE DU 31 DECEMBRE 1956", ET SE REFERAIT AINSI A L'ARRETE VIZIRIEL SUSMENTIONNE DU 10 NOVEMBRE 1951, LEQUEL ETAIT EN VIGUEUR A LA DATE DE LA PROMULGATION DE LA LOI DU 4 AOUT 1956. QUE LA CIRCONSTANCE QUE LES JURIDICTIONS FRANCAISES AU MAROC AIENT ETE SUPPRIMEES A COMPTER DU 1ER OCTOBRE 1957 NE FAISAIT PAS OBSTACLE A CE QUE LE SIEUR X... CONTINUAT A ACQUERIR DES DROITS POSTERIEUREMENT AU 9 AOUT 1956 ET A LA DATE DE CONCLUSION DU CONTRAT PRECITE ; QU'IL EST EN CONSEQUENCE FONDE A RECLAMER LE BENEFICE DES DISPOSITIONS LEGISLATIVE ET REGLEMENTAIRE PRECITEES ; QUE LA DECISION SUSVISEE DU MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES SEULE ATTAQUEE PAR LE REQUERANT DANS LE DERNIER ETAT DE SES CONCLUSIONS DOIT, EN CONSEQUENCE, ETRE ANNULEE ;
DECIDE : ARTICLE 1ER - LA DECISION DU MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES EN DATE DU 26 DECEMBRE 1974 EST ANNULEE. ARTICLE 2 - LES DEPENS SONT MIS A LA CHARGE DE L'ETAT. ARTICLE 3 - EXPEDITION DE LA PRESENTE DECISION SERA TRANSMISE AU MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES ET AU MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES.

Références :

Convention 1957-10-05 FRANCE MAROC art. 7
Décret 1950-02-22
Décret 1958-02-22
Loi 1956-08-04 art. 11, art. 1


Publications :

Proposition de citation: CE, 10 octobre 1975, n° 97967
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mme Cadoux
Rapporteur public ?: M. Dondoux

Origine de la décision

Formation : 1 / 4 ssr
Date de la décision : 10/10/1975

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.