Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 3 / 5 ssr, 27 janvier 1978, 03315

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 03315
Numéro NOR : CETATEXT000007658373 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1978-01-27;03315 ?

Analyses :

TRAVAUX PUBLICS - DIFFERENTES CATEGORIES DE DOMMAGES - DOMMAGES SUR LES VOIES PUBLIQUES TERRESTRES - DEFAUT D'ENTRETIEN NORMAL - CHAUSSEE - Eclairage défectueux d'une borne.


Texte :

VU LA REQUETE PRESENTEE POUR LA VILLE DE BOULOGNE-BILLANCOURT HAUTS-DE-SEINE REPRESENTEE PAR SON MAIRE EN EXERCICE, LADITE REQUETE ENREGISTREE AU SECRETARIAT DU CONTENTIEUX DU CONSEIL D'ETAT LE 4 JUIN 1976 ET TENDANT A CE QU'IL PLAISE AU CONSEIL ANNULER UN JUGEMENT EN DATE DU 15 MARS 1976 PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS L'A DECLAREE ENTIEREMENT RESPONSABLE DE L'ACCIDENT DE CIRCULATION DONT A ETE VICTIME LE SIEUR X... LE 13 NOVEMBRE 1972 ET L'A CONDAMNEE A VERSER A CE DERNIER UNE SOMME DE 10.108,55 FRANCS EN REPARATION DU PREJUDICE SUBI ; VU LA LOI DU 28 PLUVIOSE AU VIII ; VU L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ; VU LA LOI N° 77-1468 DU 30 DECEMBRE 1977 ; VU LE CODE GENERAL DES IMPOTS ;
CONSIDERANT QU'IL RESULTE DE L'INSTRUCTION QUE LE 13 NOVEMBRE 1972, VERS DEUX HEURES DU MATIN, LE SIEUR ANDRE X... QUI CONDUISAIT ALORS SA VOITURE A HEURTE UNE BORNE MATERIALISANT L'AXE MEDIAN DU BOULEVARD D'AUTEUIL SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNE DE BOULOGNE-BILLANCOURT ; QU'IL EST CONSTANT QUE L'ECLAIRAGE DE CETTE BORNE NE FONCTIONNAIT PLUS ET QUE CELLE-CI ETAIT EGALEMENT DISSIMULEE PAR UNE ACCUMULATION DE FEUILLES MORTES ET DE GRAVILLONS ; QUE LA VILLE SE BORNE A SOUTENIR QUE L'ECLAIRAGE PUBLIC FAIT L'OBJET D'UNE INSPECTION TROIS FOIS PAR SEMAINE, CE QUI, EN L'ESPECE, AVAIT PERMIS UNE VERIFICATION QUARANTE HUIT HEURES AVANT L'ACCIDENT LITIGIEUX ; QU'ELLE N'APPORTE PAS LA PREUVE, QUI LUI INCOMBE, QU'ELLE N'A PAS DISPOSE DU TEMPS NECESSAIRE POUR REMEDIER A LA PANNE D'ECLAIRAGE OU INSTALLER UNE SIGNALISATION APPROPRIEE ; QUE D'AUTRE PART IL NE RESULTE PAS DE L'INSTRUCTION, CONTRAIREMENT AUX ALLEGATIONS DE LA VILLE, QUE LE SIEUR X... AIT COMMIS UNE FAUTE DANS LA CONDUITE DE SON VEHICULE ; QUE DANS CES CONDITIONS, LA VILLE DE BOULOGNE-BILLANCOURT N'EST PAS FONDEE A SOUTENIR QUE C'EST A TORT QUE PAR LE JUGEMENT ATTAQUE LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS L'A CONDAMNEE A REPARER L'INTEGRALITE DES DOMMAGES SUBIS PAR LE SIEUR X... A LA SUITE DE L'ACCIDENT MENTIONNE CI-DESSUS ;
DECIDE ARTICLE 1 ER : LA REQUETE DE LA VILLE DE BOULOGNE-BILLANCOURT EST REJETEE. ARTICLE 2 : EXPEDITION DE LA PRESENTE DECISION SERA TRANSMISE AU MINISTRE DE L'INTERIEUR.


Publications :

Proposition de citation: CE, 27 janvier 1978, n° 03315
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Pinault
Rapporteur public ?: M. Labetoulle

Origine de la décision

Formation : 3 / 5 ssr
Date de la décision : 27/01/1978

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.