Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, Section, 14 février 1983, 41958

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 41958
Numéro NOR : CETATEXT000007619162 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1983-02-14;41958 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - PROCEDURE CONTENTIEUSE - REQUETES AU CONSEIL D'ETAT - DELAI - Requête enregistrée après l'expiration du délai d'appel de deux mois - Requête non recevable.


Texte :

VU LA REQUETE ENREGISTREE AU SECRETARIAT DU CONTENTIEUX DU CONSEIL D'ETAT LE 28 AVRIL 1982, PRESENTEE PAR MME HELENE A..., CABINET A..., ... A PARIS 9EME , ET TENDANT A X... QUE LE CONSEIL D'ETAT : 1° ANNULE LE B... EN DATE DU 18 JANVIER 1982, PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS A REJETE SA DEMANDE TENDANT A L'ANNULATION DE LA DECISION EN DATE DU 20 FEVRIER 1981 PAR LAQUELLE LE DIRECTEUR DES SERVICES FISCAUX DE PARIS NORD-EST A REJETE SA RECLAMATION TENDANT A LA RESTITUTION DE LA SOMME DE 32.049,50 F QU'ELLE A ACQUITTEE, A RAISON DES AFFAIRES EFFECTUEES AU COURS DE LA PERIODE DU 1ER MARS AU 31 DECEMBRE 1978, AU TITRE DE LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE ; 2° ANNULE LA DECISION DE REJET PRISE PAR LE DIRECTEUR DES SERVICES FISCAUX DE PARIS-NORD-EST LE 20 FEVRIER 1981 ;
3° DISE ET JUGE QUE L'ARTICLE 13-B-A DE LA SIXIEME DIRECTIVE EUROPEENNE N° 77-388-C.E.E. DU 17 MAI 1977 A PRODUIT TOUS SES EFFETS A COMPTER DE SA DATE LIMITE D'ENTREE EN VIGUEUR, SOIT LE 1ER JANVIER 1978 ; 4° DECLARE QUE LA NEUVIEME DIRECTIVE N'A PAS EU D'INCIDENCE SUR LES DROITS ACQUIS EN SA FAVEUR DES LE 1ER JANVIER 1978 ; 5° POSE DEUX QUESTIONS PREJUDICIELLES RELATIVES AUX EFFETS DES 6EME ET 9EME DIRECTIVES A LA COUR DE JUSTICE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES, EN APPLICATION DE L'ARTICLE 177, PARAGRAPHE 3, DU TRAITE DU 25 MARS 1957 INSTITUANT LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE EUROPEENNE ; VU LE CODE DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS ; VU L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ; VU LA LOI DU 30 DECEMBRE 1977 ;
CONSIDERANT QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE R. 192 DU CODE DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS : "SAUF DISPOSITIONS CONTRAIRES, LE DELAI D'APPEL EST DE DEUX MOIS. IL COURT CONTRE TOUTE PARTIE A L'INSTANCE A COMPTER DU JOUR OU LA NOTIFICATION A ETE FAITE A CETTE PARTIE DANS LES CONDITIONS PREVUES A L'ARTICLE R. 177" ;
CONSIDERANT QU'IL RESSORT DES PIECES DU DOSSIER, QUE LE B... ATTAQUE DU TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS A ETE NOTIFIE A MME A... LE 29 JANVIER 1982 DANS LES CONDITIONS PREVUES A L'ARTICLE R. 177 DU CODE DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS ; QUE LA REQUETE DE MME HAYE Z...
Y...
X...
B... N'A ETE ENREGISTREE AU SECRETARIAT DU CONTENTIEUX DU CONSEIL D'ETAT QUE LE 28 AVRIL 1982, SOIT APRES L'EXPIRATION DU DELAI DE DEUX MOIS IMPARTI POUR FAIRE APPEL PAR L'ARTICLE R.192 PRECITE DU MEME CODE ; QUE, DES LORS, ELLE N'EST PAS RECEVABLE ;
DECIDE : ARTICLE 1ER - LA REQUETE DE MME A... EST REJETEE. ARTICLE 2 - LA PRESENTE DECISION SERA NOTIFIEE A MME A..., ET AU MINISTRE DELEGUE AUPRES DU MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES, CHARGE DU BUDGET.

Références :

Code des tribunaux administratifs R177
Code des tribunaux administratifs R192


Publications :

Proposition de citation: CE, 14 février 1983, n° 41958
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Lasry
Rapporteur ?: M. Lagrange
Rapporteur public ?: M. Verny

Origine de la décision

Formation : Section
Date de la décision : 14/02/1983

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.