Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 9 / 8 ssr, 28 mars 1984, 39141

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 39141
Numéro NOR : CETATEXT000007618174 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1984-03-28;39141 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - IMPOTS SUR LES REVENUS ET BENEFICES - REVENUS ET BENEFICES IMPOSABLES - REGLES PARTICULIERES - TRAITEMENTS - SALAIRES ET RENTES VIAGERES - DEDUCTIONS POUR FRAIS PROFESSIONNELS - Déduction supplémentaire pour certaines professions - Opérateur de prises de vue.


Texte :

VU LA REQUETE, ENREGISTREE AU SECRETARIAT DU CONTENTIEUX DU CONSEIL D'ETAT LE 31 DECEMBRE 1981, PRESENTEE PAR M. JEAN X..., DEMEURANT 38 DOMAINE DE L'ETANG A L'HERMITAGE ILLE-ET-VILAINE ET TENDANT A CE QUE LE CONSEIL D'ETAT : 1° ANNULE LE JUGEMENT, EN DATE DU 4 NOVEMBRE 1981, PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES A REJETE SA DEMANDE TENDANT A LA DECHARGE DES IMPOSITIONS SUPPLEMENTAIRES A L'IMPOT SUR LE REVENU ETABLIES A SON NOM, AU TITRE DE L'ANNEE 1974, DANS LES ROLES DE LA VILLE DE RENNES ; 2° LE DECHARGE DES IMPOSITIONS CONTESTEES ; VU LE CODE DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS ; VU LE CODE GENERAL DES IMPOTS ; VU L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ; VU LA LOI DU 30 DECEMBRE 1977 ; VU L'ARTICLE 93-II DE LA LOI N° 83-1179 DU 29 DECEMBRE 1983, PORTANT LOI DE FINANCES POUR 1984 ;
EN CE QUI CONCERNE L'APPLICATION DE LA LOI FISCALE : CONSIDERANT QU'AU COURS DE L'ANNEE 1974, M. X... A EXERCE AUPRES DE L'OFFICE DE RADIODIFFUSION-TELEVISION FRANCAISE LES FONCTIONS D'OPERATEUR DE PRISES DE VUE ; QU'IL A ETE ASSUJETTI, AU TITRE DE CETTE ANNEE, A UNE COTISATION SUPPLEMENTAIRE A L'IMPOT SUR LE REVENU FONDEE SUR LA REINTEGRATION, DANS SES REVENUS IMPOSABLES, DE LA DEDUCTION SUPPLEMENTAIRE DE 20 % QU'IL AVAIT PRATIQUEE SUR LES REMUNERATIONS QU'IL AVAIT PERCUES DE L'OFFICE ; QUE, POUR CONTESTER CETTE REINTEGRATION, M. X... SOUTIENT QUE SA QUALITE PROFESSIONNELLE D'OPERATEUR DE PRISES DE VUE LUI OUVRIRAIT DROIT AU BENEFICE DE LADITE DEDUCTION ;
CONSIDERANT QUE LA DEDUCTION SUPPLEMENTAIRE PREVUE A L'ARTICLE 83-3° DU CODE GENERAL DES IMPOTS NE PEUT ETRE ACCORDEE QUE SI SON TAUX A ETE FIXE PAR UN ARRETE MINISTERIEL DESIGNANT LA PROFESSION APPELEE A EN BENEFICIER ; QUE, SI L'ARTICLE 5 DE L'ANNEXE IV AU CODE GENERAL DES IMPOTS, SOUS LEQUEL SONT CODIFIES LES ARRETES MINISTERIELS PRIS EN APPLICATION DE CE TEXTE, PREVOIT UNE DEDUCTION DE 20% POUR LES "ARTISTES - MUSICIENS - CHORISTES -, CHEFS D'ORCHESTRE ET REGISSEURS DE THEATRE", NI CET ARTICLE, NI AUCUNE AUTRE DISPOSITION EN VIGUEUR NE PREVOIENT DE DEDUCTION POUR LES OPERATEURS DE PRISES DE VUE ; QUE DES LORS, M. X... N'EST PAS FONDE A SOUTENIR QU'IL ETAIT EN DROIT DE BENEFICIER, SUR LE FONDEMENT DE L'ARTICLE 83-3° DU CODE GENERAL DES IMPOTS, D'UNE DEDUCTION SUPPLEMENTAIRE DE 20 % ;
EN CE QUI CONCERNE L'APPLICATION D'UNE INTERPRETATION ADMINISTRATIVE : CONSIDERANT QUE, SI UNE INSTRUCTION MINISTERIELLE DE JANVIER 1944 A ADMIS QUE LA DEDUCTION SUPPLEMENTAIRE DE 20 %, PREVUE EN FAVEUR DES ARTISTES CINEMATOGRAPHIQUES, DES CHEFS D'ORCHESTRE ET DES REGISSEURS DE THEATRE, PEUT ETRE ACCORDEE AU "PERSONNEL DE CREATION DE L'INDUSTRIE CINEMATOGRAPHIQUE", M. X..., QUI N'APPARTIENT PAS A CETTE CATEGORIE PROFESSIONNELLE PRECISE NE SAURAIT SE PREVALOIR, SUR LE FONDEMENT DE L'ARTICLE 1649 QUINQUIES E DU CODE GENERAL DES IMPOTS, APPLICABLE EN L'ESPECE, DE L'INTERPRETATION ADMINISTRATIVE SUSMENTIONNEE ;
CONSIDERANT QU'IL RESULTE DE TOUT CE QUI PRECEDE QUE M. X... N'EST PAS FONDE A SOUTENIR QUE C'EST A TORT QUE, PAR LE JUGEMENT ATTAQUE, LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES A REJETE SA DEMANDE EN DECHARGE DE L'IMPOSITION SUPPLEMENTAIRE CONTESTEE ;
DECIDE : ARTICLE 1ER : LA REQUETE DE M. X... EST REJETEE. ARTICLE 2 : LA PRESENTE DECISION SERA NOTIFIEE A M. X... ET AU MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DU BUDGET.

Références :

CGI 1649 quinquies E
CGI 83 3°
CGIAN4 5


Publications :

Proposition de citation: CE, 28 mars 1984, n° 39141
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mme Hubac
Rapporteur public ?: M. Bissara

Origine de la décision

Formation : 9 / 8 ssr
Date de la décision : 28/03/1984

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.