Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 6 ss, 05 décembre 1986, 70277

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 70277
Numéro NOR : CETATEXT000007689202 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1986-12-05;70277 ?

Analyses :

MARCHES ET CONTRATS ADMINISTRATIFS - ARCHITECTES ET ENTREPRENEURS.


Texte :

Vu la requête enregistrée le 8 juillet 1985 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée pour l' OFFICE PUBLIC D'HABITATIONS A LOYERS MODERES de la VILLE de CANNES, dont le siège est ... à Cannes-la-Bocca 06150 , représenté par son président et tendant à ce que le Conseil d'Etat :
1° annule le jugement en date du 13 mai 1985 du tribunal administratif de Nice en tant qu'il a rejeté sa demande tendant à ce que l'entreprise Cottin-Jonneaux soit déclarée responsable des défauts d'exécution des carrelages et revêtements des sols des logements H.L.M. de Ranguin ;
2° condamne la société Cottin-Jonneaux à lui payer la somme de 22 772,92 F avec intérêts au taux légal à compter du 21 janvier 1982, et la somme de 30 000 F au titre de dommages-intérêts pour troubles de jouissance, ainsi que les frais d'expertise ;
3° subsidiairement ordonne un complément d'expertise aux fins de déterminer s'il y a lieu à destruction totale de la zone de carrelage affectée, d'indiquer la nature des travaux nécessaires pour remédier aux désordres et en évaluer le montant et la durée ;

Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code des marchés publics ;
Vu les articles 1792 et 2270 du code civil ;
Vu le code des tribunaux administratifs ;
Vu l'ordonnance du 31 juillet 1945 et le décret du 30 septembre 1953 ;
Vu la loi du 30 décembre 1977 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de Mme Nauwelaers, Maître des requêtes,
- les observations de la SCP Martin Martinière, Ricard, avocat de l' O.P.H.L.M. de la VILLE de CANNES et de Me Odent, avocat de l'entreprise Cottin Jonneaux,
- les conclusions de M. Marimbert, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'il résulte de l'instruction et notamment des stipulations du cahier des prescriptions spéciales applicable au marché passé par l' OFFICE PUBLIC D'HABITATIONS A LOYERS MODERES de la VILLE de CANNES et l'entreprise Cottin-Jonneaux pour la pose de carrelage et le revêtement des sols que le délai de la garantie décennale a commencé à courir à compter du 26 novembre 1971 date à laquelle les derniers travaux réalisés ont fait l'objet d'une réception provisoire ; que si l'entreprise Cottin-Jonneaux est intervenue à de nombreuses reprises entre 1972 et 1980 pour remédier à des désordres ponctuels, ni l'exécution de ces travaux de peu d'importance ni la circonstance que l'entreprise ait à cette occasion fait une déclaration de sinistre à sa compagnie d'assurance ne peuvent être regardés, dans les circonstances de l'affaire, comme ayant constitué de la part de l'entreprise Cottin-Jonneaux une reconnaissance de responsabilité de nature à interrompre le délai de la garantie décennale ; que, par suite, ce délai était expiré le 25 janvier 1982, date à laquelle l' OFFICE PUBLIC D'HABITATIONS A LOYERS MODERES de la VILLE de CANNES a saisi le tribunal administratif de Nice d'une demande tendant à la condamnation de l'entreprise Cottin-Jonneaux sur la base de principes dont s'inspirent les articles 1792 et 2270 du code civil ; que, ar voie de conséquence, les conclusions de l'office tendant à l'allocation d'une indemnité pour troubles de jouissance doivent être rejetées ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que l' OFFICE PUBLIC D'HABITATIONS A LOYERS MODERES de la VILLE de CANNES n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Nice a rejeté ses conclusions dirigées contre l'entreprise Cottin-Jonneaux ;
Article ler : La requête de l' OFFICE PUBLIC D'HABITATIONS A LOYERS MODERES de la VILLE de CANNES est rejetée.

Article 2 : La présente décision sera notifiée à l' OFFICE PUBLIC D'HABITATIONS A LOYERS MODERES de la VILLE de CANNES, à l'entreprise Cottin-Jonneaux et au ministre de l'équipement, du logement, de l'aménagement du territoire et des transports.


Publications :

Proposition de citation: CE, 05 décembre 1986, n° 70277
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mme Nauwelaers
Rapporteur public ?: Marimbert

Origine de la décision

Formation : 6 ss
Date de la décision : 05/12/1986

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.