Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 3eme et 8eme sous-sections reunies, 07 janvier 2004, 258240

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Autres

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 258240
Numéro NOR : CETATEXT000008188349 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2004-01-07;258240 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 3 juillet 2003 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Marcel D..., demeurant ..., M. Alain E..., demeurant ..., Mme Françoise Y..., demeurant ..., M. François Z..., demeurant ..., Mme Marilyne A..., demeurant ..., Mme Elisabeth B..., demeurant ... et M. Jean-Claude C..., demeurant ... ; M. F... et les autres requérants demandent au Conseil d'Etat, en application de l'article R. 121 du code électoral :

1°) d'annuler la décision implicite par laquelle le préfet de la Gironde a rejeté leur demande tendant à ce que M. X... F soit démis d'office de son mandat de conseiller municipal de la commune de Lesparre (Gironde) ;

2°) de condamner l'Etat à leur verser la somme de 1 500 euros en application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code pénal ;

Vu le code électoral ;

Vu la loi n° 95-65 du 19 janvier 1995 ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. Verclytte, Maître des Requêtes,

- les conclusions de M. Glaser, Commissaire du gouvernement ;

Sans qu'il soit besoin de statuer sur la recevabilité de la requête :

Considérant qu'aux termes de l'article L. 236 du code électoral : Tout conseiller municipal qui, pour une cause survenue postérieurement à son élection, se trouve dans un des cas d'inéligibilité prévus par les articles L. 230, L. 231 et L. 232 est immédiatement déclaré démissionnaire par le préfet (...) ; qu'aux termes de l'article L. 230 du code électoral : Ne peuvent être conseillers municipaux : 1° Les individus privés du droit électoral (...) ; qu'aux termes, enfin, de l'article L. 7 du même code, applicable aux faits commis postérieurement à l'entrée en vigueur de la loi du 19 janvier 1995 : Ne doivent pas être inscrites sur la liste électorale, pendant un délai de cinq ans à compter de la date à laquelle la condamnation est devenue définitive, les personnes condamnées pour l'une des infractions prévues par les articles 432-10 à 432-16 (...) du code pénal (...) ; qu'il résulte de la combinaison de ces dispositions que le préfet ne peut prononcer la démission d'office d'un conseiller municipal en raison d'une condamnation prononcée en application des articles 432-10 à 432-16 du code pénal que si le jugement de condamnation est devenu définitif postérieurement à l'élection de l'intéressé comme conseiller municipal ;

Considérant qu'il résulte de l'instruction qu'en application de l'article 432-14 du code pénal, le tribunal correctionnel de Bordeaux a, par jugement du 19 juin 2000 dont il n'a pas été relevé appel, condamné M. F pour délit de favoritisme à raison de faits commis entre janvier 1995 et août 1996 dans l'exercice de son mandat de maire de Lesparre (Gironde) ; qu'il suit de là que, si M. F n'a été radié des listes électorales qu'en décembre 2001, la cause de son inéligibilité est antérieure à son élection, en mars 2001, comme conseiller municipal de la commune de Lesparre, de telle sorte que le préfet de la Gironde n'aurait pu, sans excéder ses pouvoirs, le déclarer démissionnaire d'office en application des dispositions de l'article L. 236 du code électoral ; qu'il résulte de ce qui précède que M. D... et autres ne sont pas fondés à demander l'annulation de la décision implicite par laquelle le préfet de la Gironde a rejeté leur demande tendant à ce que M. F soit démis d'office de son mandat de conseiller municipal ;

Sur les conclusions tendant à l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que l'Etat, qui n'est pas dans la présente instance la partie perdante, soit condamné à verser à M. D... et autres la somme qu'ils demandent au titre des frais exposés par eux et non compris dans les dépens ; qu'il n'y a pas lieu, dans les circonstances de l'espèce, de faire application de ces dispositions et de condamner M. D... et autres à verser à M. F la somme qu'il demande au même titre ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : La requête de M. Marcel D... et autres est rejetée.

Article 2 : Les conclusions de M. F tendant à l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

Article 3 : La présente décision sera notifiée à M. Marcel D..., à M. Alain E..., à Mme Françoise Y..., à M. François Z..., à Mme Marilyne A..., à Mme Elisabeth B..., à M. Jean-Claude C..., à M. X... F et au ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales.


Publications :

Proposition de citation: CE, 07 janvier 2004, n° 258240
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Robineau
Rapporteur ?: M. Stéphane Verclytte
Rapporteur public ?: M. Glaser

Origine de la décision

Formation : 3eme et 8eme sous-sections reunies
Date de la décision : 07/01/2004

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.