Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 8ème et 3ème sous-sections réunies, 11 mars 2009, 317002

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 317002
Numéro NOR : CETATEXT000020381771 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2009-03-11;317002 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée le 10 juin 2008 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Hubert E demeurant ... ; M. E demande au Conseil d'Etat :

1°) d'annuler le jugement du 26 mai 2008 par lequel le tribunal administratif de Nîmes a rejeté sa protestation dirigée contre les opérations électorales organisées le 21 mars 2008 en vue de la désignation du maire et des adjoints de la commune de Blavignac (Lozère) ;

2°) d'annuler l'élection en qualité de maire de M. Daniel A, et, en qualité d'adjoints, de MM. Jean B, Yves C et Michel D ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code électoral ;

Vu le code général des collectivités territoriales ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de Mme Paquita Morellet-Steiner, Maître des Requêtes,

- les conclusions de Mme Nathalie Escaut, rapporteur public ;

Considérant qu'aux termes de l'article L. 2121-21 du code général des collectivités territoriales applicable au conseil municipal: (...) il est voté au scrutin secret : (...) / 2° lorsqu'il y a lieu de procéder à une nomination ou à une présentation. ; qu'aux termes du dernier alinéa du même article, issu du I de l'article 142 de la loi n° 2004-809 du 13 août 2004, Le conseil municipal peut décider, à l'unanimité, de ne pas procéder au scrutin secret aux nominations ou aux présentations, sauf disposition législative ou réglementaire prévoyant expressément ce mode de scrutin ; qu'aux termes du premier alinéa de l'article L. 2122-4 du même code : Le conseil municipal élit le maire et les adjoints parmi ses membres, au scrutin secret et à la majorité absolue ;

Considérant qu'il résulte de ces dispositions, éclairées par les travaux préparatoires, que l'article L. 2122-4 précité constitue une disposition législative prévoyant expressément ce mode de scrutin secret qui entre dans le champ de l'exception prévue par le dernier alinéa de l'article L. 2121-21 du code général des collectivités territoriales et fait donc obstacle à la possibilité de renoncer au scrutin secret ; que, par suite, si l'élection du maire ou d'un adjoint n'est pas effectuée au scrutin secret, cette circonstance est de nature à entraîner son annulation alors même que le candidat a recueilli la totalité des suffrages exprimés ;

Considérant que, pour contester l'élection du maire et des adjoints de la commune de Blavignac (Lozère), M. E fait valoir que celle-ci ne se serait pas déroulée selon les formes prescrites par le premier alinéa de l'article L. 2122-4 du code général des collectivités territoriales dès lors que le maire et ses adjoints auraient été désignés oralement sans aucune forme de scrutin ; qu'il résulte des termes mêmes du procès-verbal que le conseil municipal a procédé à l'unanimité à l'élection de M. A, en qualité de maire, et à celle de MM. B, C et D, en qualité d'adjoints au maire, conformément aux dispositions prévues à l'article L. 2122-4 précité du code général des collectivités territoriales ; que contrairement à ce que M. E fait valoir, il fait ainsi apparaître les modalités de ce scrutin ; que si le requérant soutient que le procès-verbal serait dénué de toute valeur probante, il n'apporte pas d'éléments suffisants pouvant justifier la remise en cause de ses mentions qui font foi jusqu'à preuve contraire ; que, par suite, M. E n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Nîmes a rejeté sa protestation dirigée contre cette élection ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : La requête de M. E est rejetée.

Article 2 : La présente décision sera notifiée à MM. Hubert E, Daniel A, Jean B, Yves C, Michel D et à la ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales.


Publications :

Proposition de citation: CE, 11 mars 2009, n° 317002
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Vigouroux
Rapporteur ?: Mme Paquita Morellet-Steiner
Rapporteur public ?: Mme Escaut Nathalie

Origine de la décision

Formation : 8ème et 3ème sous-sections réunies
Date de la décision : 11/03/2009

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.