Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 4eme chambre, 02 octobre 2003, 99BX02532

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 99BX02532
Numéro NOR : CETATEXT000007503320 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2003-10-02;99bx02532 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée au greffe de la cour le 12 novembre 1999 sous le n° 99BX02532, présentée pour Mme Elisabeth X, demeurant ..., par Me Flemal, avocat ;

Mme X demande à la cour :

1°) d'annuler le jugement en date du 20 juillet 1999 par lequel le tribunal administratif de Bordeaux a rejeté sa demande tendant à la décharge de la taxe d'apprentissage à laquelle elle a été assujettie au titre des années 1991, 1992 et 1993, ainsi que des pénalités y afférentes ;

2°) de lui accorder la décharge sollicitée ;

......................................................................................................

Vu les autres pièces du dossier ;

Classement CNIJ : 19-05-03

19-04-02-01-01 C++

Vu le code général des impôts et le livre des procédures fiscales ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 18 septembre 2003 :

- le rapport de M. Pouzoulet, premier conseiller ;

- et les conclusions de M. Chemin, commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'aux termes de l'article 34 du code général des impôts : Sont considérés comme bénéfices industriels et commerciaux, pour l'application de l'impôt sur le revenu, les bénéfices réalisés par des personnes physiques et provenant de l'exercice d'une profession commerciale... ; que selon l'article 224 du même code : 1. Il est établi une taxe, dite taxe d'apprentissage, dont le produit est inscrit au budget de l'Etat pour y recevoir l'affectation prévue par la loi. /2. Cette taxe est due : 1° Par les personnes physiques... lorsque ces personnes... exercent une activité visée aux articles 34 et 35 ;

Considérant qu'il résulte de l'instruction qu'en vertu d'un contrat passé avec la société CAMBO ENIA le 29 novembre 1989, Mme X a obtenu la concession de l'exclusivité des soins infirmiers à dispenser aux pensionnaires de la maison de retraite exploitée par cette société à Saint-Jean d'Illac (Gironde) et, à cette fin, la mise à disposition de locaux et de matériels ; qu'en contrepartie, la requérante s'engageait à verser à la société une redevance égale à 5 % des honoraires bruts encaissés ; que pour assurer la dispense des soins aux personnes âgées résidentes, qui étaient au nombre de 68 en 1993, elle a recruté 34 personnes assurant la présence permanente d'une équipe de 8 personnes ; qu'à la suite d'une vérification de comptabilité portant sur la période du 1er janvier 1991 au 31 décembre 1993, l'administration a estimé que l'intéressée avait en réalité exercé une activité de caractère commercial, et avait donc à tort déclaré ses revenus dans la catégorie des bénéfices non commerciaux, et que cette activité était assujettie à la taxe sur la valeur ajoutée et aux taxes assises sur les salaires, y compris la taxe d'apprentissage ; que Mme X conteste le jugement du tribunal administratif de Bordeaux par lequel ce dernier a rejeté sa demande en décharge de la taxe d'apprentissage à laquelle elle a par suite été assujettie au titre des années 1991, 1992 et 1993 ;

Considérant qu'il résulte de l'instruction que si toutes les feuilles de soins étaient établies au nom de Mme X et si cette dernière pouvait fournir elle-même certaines prestations d'infirmière, notamment pour remplacer l'un de ses salariés, l'activité première de la requérante consistait à diriger son personnel, constitué d'une équipe permanente de huit infirmiers ; qu'en raison même de la qualification de ses employés, les revenus qu'elle a tirés de son activité ne peuvent être regardés comme provenant de sa propre profession d'infirmière exercée avec l'assistance de ces derniers ; que Mme X a ainsi déclaré des recettes s'élevant à 2 129 940 F en 1991, à 2 372 561 F en 1992 et à 1 487 596 F en 1993 et dépassant manifestement le niveau des recettes qu'elle aurait retirées de la mise en oeuvre personnelle de sa profession d'infirmière, même avec le concours d'assistants ; qu'ainsi, les revenus résultant de l'exploitation de la clientèle de la maison de retraite doivent être regardés comme provenant principalement du travail des collaborateurs salariés ; que ces revenus devaient par suite être déclarés et imposés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux ;

Considérant que le moyen tiré par Mme X de ce qu'elle peut se prévaloir d'une prise de position formelle de l'administration sur sa situation de fait n'est assorti d'aucune précision permettant d'en apprécier le bien-fondé ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que la requérante n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Bordeaux a rejeté sa demande tendant à la décharge de la taxe d'apprentissage à laquelle elle a légitimement été assujettie à raison de son activité ;

D E C I D E :

Article 1er : La requête de Mme X est rejetée.

99BX02532 - 3 -


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Mme ERSTEIN
Rapporteur ?: M. POUZOULET
Rapporteur public ?: M. CHEMIN
Avocat(s) : FLEMAL

Origine de la décision

Formation : 4eme chambre
Date de la décision : 02/10/2003

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.