Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 5 / 1 ssr, 25 octobre 1968, 74769

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Recours pour excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 74769
Numéro NOR : CETATEXT000007641380 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1968-10-25;74769 ?

Analyses :

AGRICULTURE - PROBLEMES SOCIAUX DE L'AGRICULTURE - INDEMNITE VIAGERE DE DEPART - CONDITIONS D'ATTRIBUTION - CESSION D'UNE EXPLOITATION AGRICOLE - Conditions relatives au cessionnaire de l'exploitation.

03-02-05-01-01 Article 11 du décret du 6 mai 1963 modifié par l'article 8 du décret du 15 juillet 1965, subordonnant l'octroi de l'indemnité viagère de départ à la condition notamment, que l'exploitation cédée soit transférée à un cessionnaire déjà installé comme exploitant agricole à titre principal : la circonstance que le cessionnaire est inscrit à la Caisse de mutualité sociale agricole en qualité d'aide familial, et non d'exploitant, demeure sans influence sur les droits du cédant à l'indemnité dont s'agit, dès lors que le cessionnaire avait déjà en fait, lors du transfert de l'exploitation, la qualité d'exploitant.


Texte :

VU LE RECOURS DU MINISTRE DE L'AGRICULTURE, LEDIT RECOURS ENREGISTRE AU SECRETARIAT DU CONTENTIEUX DU CONSEIL D'ETAT LE 31 JANVIER 1968 ET TENDANT A CE QU'IL PLAISE AU CONSEIL ANNULER UN JUGEMENT EN DATE DU 29 NOVEMBRE 1967 PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS A ANNULE LA DECISION DE REFUS OPPOSEE LE 3 AOUT 1966 PAR LE PREFET DES DEUX-SEVRES A LA DEMANDE DU SIEUR DALLERIT X... , EXPLOITANT AGRICOLE, TENDANT A OBTENIR LE BENEFICE DE L'INDEMNITE VIAGERE DE DEPART, ENSEMBLE LA DECISION IMPLICITE PAR LAQUELLE LE MINISTRE DE L'AGRICULTURE A REJETE LE RECOURS HIERARCHIQUE DU SIEUR Y... CONTRE CETTE DECISION ; VU LE DECRET DU 6 MAI 1963 PORTANT APPLICATION DE L'ARTICLE 27 DE LA LOI N° 62-933 DU 8 AOUT 1962 COMPLEMENTAIRE A LA LOI D'ORIENTATION AGRICOLE, MODIFIE PAR LE DECRET N° 65-578 DU 15 JUILLET 1965 ; VU L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ;
CONSIDERANT QUE SI L'OCTROI DE L'INDEMNITE VIAGERE DE DEPART PEUT ETRE SUBORDONNE, EN VERTU DE L'ARTICLE 11 DU DECRET DU 6 MAI 1963 MODIFIE PAR L'ARTICLE 8 DU DECRET DU 15 JUILLET 1965, NOTAMMENT A LA CONDITION QUE L'EXPLOITATION CEDEE SOIT TRANSFEREE A UN CESSIONNAIRE DEJA INSTALLE COMME EXPLOITANT AGRICOLE A TITRE PRINCIPAL, IL RESULTE DE L'INSTRUCTION QUE LA DAME A... EPOUSE Z..., A LAQUELLE LE SIEUR Y... A CEDE 5 HECTARES 96 ARES 82 CENTIARES PAR ACTE NOTARIE LE 10 OCTOBRE 1965, EXPLOITAIT DEJA A CETTE DATE AVEC SON MARI DES TERRES LEUR APPARTENANT ; QUE SI LES EPOUX Z..., QUI CULTIVAIENT EN OUTRE DES TERRES APPARTENANT A LA DAME VEUVE Z..., ETAIENT INSCRITS A LA CAISSE DE LA MUTUALITE SOCIALE AGRICOLE DES DEUX-SEVRES EN QUALITE D'AIDES FAMILIAUX, CETTE CIRCONSTANCE EST SANS INFLUENCE SUR LA DEMANDE D'ATTRIBUTION DE L'INDEMNITE VIAGERE DE DEPART DU SIEUR Y... ;
SUR LES CONCLUSIONS DU SIEUR Y... TENDANT A CE QU'IL SOIT PRECISE QU'IL A DROIT A L'INDEMNITE VIAGERE DE DEPART A COMPTER DU 1ER AVRIL 1966, AUX INTERETS A COMPTER DE CETTE DATE ET AUX INTERETS DES INTERETS : CONSIDERANT QUE CES CONCLUSIONS PRESENTEES A L'OCCASION D'UN RECOURS POUR EXCES DE POUVOIR NE SONT, EN TOUT ETAT DE CAUSE, PAS RECEVABLES ;
DECIDE : ARTICLE 1ER - LE RECOURS SUSVISE DU MINISTRE DE L'AGRICULTURE EST REJETE. ARTICLE 2 - LES CONCLUSIONS SUSVISEES DU SIEUR Y... SONT REJETEES. ARTICLE 3 - L'ETAT SUPPORTERA LES DEPENS. ARTICLE 4 - EXPEDITION DE LA PRESENTE DECISION SERA TRANSMISE AU MINISTRE DE L'AGRICULTURE.

Références :

Décret 1963-05-06 art. 11
Décret 65-578 1965-07-15 art. 8


Publications :

Proposition de citation: CE, 25 octobre 1968, n° 74769
Mentionné aux tables du recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Hadas-Lebel
Rapporteur public ?: M. Morisot

Origine de la décision

Formation : 5 / 1 ssr
Date de la décision : 25/10/1968

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.