Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 3 / 5 ssr, 13 mars 1974, 88203

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Recours pour excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 88203
Numéro NOR : CETATEXT000007643929 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1974-03-13;88203 ?

Analyses :

PENSIONS - PENSIONS CIVILES ET MILITAIRES DE RETRAITE - QUESTIONS COMMUNES - CUMULS - Cumul d'une pension de retraite et d'une indemnité de licenciement - Conditions.


Texte :

REQUETE DE LA FEDERATION FRANCAISE DES CADRES DE LA FONCTION PUBLIQUE CGC , TENDANT A L'ANNULATION DU DECRET N° 72-512 DU 22 JUIN 1972 RELATIF AU LICENCIEMENT DES AGENTS CIVILS NON FONCTIONNAIRES DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT ; VU LE CODE DES PENSIONS CIVILES ET MILITAIRES DE RETRAITE ; LA Loi DU 8 AOUT 1947 ; LE CODE GENERAL DES IMPOTS ; L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ;
SUR LA LEGALITE DES ARTICLES 4 ET 6 DU DECRET ATTAQUE : /CONSIDERANT QUE, D'APRES L'ARTICLE 4 DU DECRET ATTAQUE, L'INDEMNITE DE LICENCIEMENT N'EST PAS DUE AUX "AGENTS QUI ONT ATTEINT L'AGE REGLEMENTAIRE DE MISE A LA RETRAITE" ; ET QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 6 DU MEME DECRET, "POUR LES AGENTS QUI ONT ATTEINT L'AGE DE SOIXANTE ANS REVOLUS, L'INDEMNITE DE LICENCIEMENT SUBIT UNE REDUCTION DE 1,67 % PAR MOIS DE SERVICES AU-DELA DU SOIXANTIEME ANNIVERSAIRE" ; QU'A L'ENCONTRE DE CES DISPOSITIONS, LA FEDERATION REQUERANTE FAIT VALOIR QU'ELLES SONT MOINS FAVORABLES QUE LES TEXTES ANTERIEUREMENT EN VIGUEUR QUE LE DECRET ATTAQUE A ABROGES ;
CONS. QUE LES AGENTS PUBLICS N'ONT AUCUN DROIT AU MAINTIEN DES AVANTAGES PREVUS PAR LEUR STATUT ; QUE, DES LORS, LE MOYEN TIRE DE CE QUE LES DISPOSITIONS CONTESTEES, QUI NE PEUVENT PORTER ATTEINTE A DES CONTRATS SIGNES AVANT LEUR ENTREE EN VIGUEUR, MECONNAITRAIENT LES DROITS ACQUIS DES AGENTS AUXQUELLES ELLES S'APPLIQUENT DOIT ETRE ECARTE ;
SUR LA LEGALITE DE L'ARTICLE 8 DU DECRET ATTAQUE : /CONS. QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 8 DU DECRET ATTAQUE, "L'INDEMNITE EST PAYEE CHAQUE MOIS SOUS FORME D'UN VERSEMENT EGAL A LA REMUNERATION DE BASE ... LES BENEFICAIRES D'UNE PENSION DE RETRAITE SERVIE A UN TITRE QUELCONQUE NE PEUVENT PERCEVOIR QUE LA TRACTION DES MENSUALITES QUI EXCEDE LE MONTANT DE LEUR PENSION DE RETRAITE" ;
CONS. QUE LES INDEMNITES DE LICENCIEMENT SUSCEPTIBLES D'ETRE VERSEES AUX AGENTS AUXQUELS S'APPLIQUE LE DECRET ATTAQUE N'ONT PAS LE CARACTERE DE REMUNERATION ; QUE, DES LORS, LA FEDERATION REQUERANTE N'EST PAS FONDEE A SOUTENIR QUE LES DISPOSITIONS PRECITEES DE CE DECRET CONTREVIENNENT A L'ARTICLE L. 86 DU CODE DES PENSIONS CIVILES ET MILITAIRES DE RETRAITE QUI PREVOIT CERTAINES POSSIBILITES DE CUMUL D'UNE PENSION ET D'UNE REMUNERATION PUBLIQUE ;
SUR LES AUTRES CONCLUSIONS DE LA REQUETE : /CONS. QUE CES CONCLUSIONS NE SONT ASSORTIES DE L'EXPOSE D'AUCUN FAIT NI DE L'ENONCE D'AUCUN MOYEN ; QUE, DES LORS, ELLES NE SONT PAS RECEVABLES ; ... REJET AVEC DEPENS .

Références :

Code des pensions civiles et militaires de retraite L86
Décret 72-512 1972-06-22 Art. 4, 6, 8 Decision attaquée Confirmation


Publications :

Proposition de citation: CE, 13 mars 1974, n° 88203
Publié au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Ordonneau
Rapporteur ?: Mme Aubin
Rapporteur public ?: Mme Grévisse

Origine de la décision

Formation : 3 / 5 ssr
Date de la décision : 13/03/1974

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.