Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 10 ss, 07 janvier 1983, 25086

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 25086
Numéro NOR : CETATEXT000007670263 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1983-01-07;25086 ?

Analyses :

MARCHES ET CONTRATS ADMINISTRATIFS - ARCHITECTES ET ENTREPRENEURS - QUESTIONS COMMUNES - RECEPTION DES TRAVAUX - Notion - Réception et prise de possession de l'ouvrage.

MARCHES ET CONTRATS ADMINISTRATIFS - ARCHITECTES ET ENTREPRENEURS - RESPONSABILITE DECENNALE - DELAIS - POINT DE DEPART - Absence de disposition contractuelle.


Texte :

VU LA REQUETE SOMMAIRE ET LE MEMOIRE COMPLEMENTAIRE, ENREGISTRES LES 2 JUILLET ET 29 DECEMBRE 1980, AU SECRETARIAT DU CONTENTIEUX DU CONSEIL D'ETAT, PRESENTES POUR LA COMMUNE DE BESANCON ET TENDANT A CE QUE LE CONSEIL D'ETAT : 1° ANNULE LE JUGEMENT, EN DATE DU 30 AVRIL 1980, PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BESANCON A REJETE SA DEMANDE TENDANT A LA CONDAMNATION SOLIDAIRE DE L'ARCHITECTE ET DE L'ENTREPRENEUR, CONSTRUCTEURS DE LA PARTIE CENTRALE DU PALAIS DES SPORTS DE BESANCON ; 2° CONDAMNE LESDITS CONSTRUCTEURS A LUI VERSER LA SOMME DE 508 733 F, PLUS LES INTERETS DE DROIT ; VU LE CODE CIVIL ; VU LE CODE DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS ; VU L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ; VU LA LOI DU 30 DECEMBRE 1977 ;
CONSIDERANT QUE LA COMMUNE DE BESANCON A PRIS POSSESSION AU PLUS TARD LE 29 JUIN 1967, DATE DE LA RECEPTION PROVISOIRE DU PALAIS DES SPORTS, DE LA PARTIE CENTRALE DE CE BATIMENT, DONT IL N'EST PAS CONTESTE QU'ELLE ETAIT ALORS ACHEVEE ; QU'IL RESULTE DE L'INSTRUCTION QUE LE POINT DE DEPART DU DELAI DE LA GARANTIE DECENNALE N'ETAIT PAS FIXE PAR LE DOCUMENT CONTRACTUEL ; QUE CE DELAI A DONC COMMENCE A COURIR A COMPTER DE LA DATE SUSMENTIONNEE ; QU'IL ETAIT EXPIRE LORSQUE LA COMMUNE DE BESANCON A INTRODUIT, LE 12 DECEMBRE 1977, SA DEMANDE DEVANT LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BESANCON ; QU'IL SUIT DE LA QUE LA COMMUNE DE BESANCON N'EST PAS FONDEE A SE PLAINDRE QUE, PAR LE JUGEMENT ATTAQUE, LE TRIBUNAL A REJETE SA DEMANDE TENDANT A CE QUE LES CONSTRUCTEURS DE LA PARTIE CENTRALE DU PALAIS DES SPORTS DE BESANCON SOIENT CONDAMNES A REPARER LES DESORDRES QUI Y ETAIENT APPARUS ;
DECIDE : ARTICLE 1ER - LA REQUETE DE LA COMMUNE DE BESANCON EST REJETEE. ARTICLE 2 - LA PRESENTE DECISION SERA NOTIFIEE A LA COMMUNE DE BESANCON, A LA SOCIETE S.O.P.R.E.N.A. ET AU MINISTRE D'ETAT, MINISTRE DE L'INTERIEUR ET DE LA DECENTRALISATION.


Publications :

Proposition de citation: CE, 07 janvier 1983, n° 25086
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Silicani
Rapporteur public ?: M. Stirn

Origine de la décision

Formation : 10 ss
Date de la décision : 07/01/1983

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.