Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 4 / 1 ssr, 18 mars 1983, 34782

Imprimer

Sens de l'arrêt : Annulation totale
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Recours pour excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 34782
Numéro NOR : CETATEXT000007685446 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1983-03-18;34782 ?

Analyses :

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - ENTREE EN SERVICE - CONCOURS ET EXAMENS PROFESSIONNELS - Admission à concourir - [1] - RJ1 Contrôle du juge - Contrôle normal [1] - [2] Refus d'admission à concourir à l'entrée à l'école nationale de la magistrature - Faits n'étant pas de nature à le justifier.

36-03-02[1], 37-04-02[1], 54-07-02-03 S'il appartient au Garde des Sceaux, ministre de la justice, chargé par l'article 16 du décret du 4 mai 1972 de fixer la liste des candidats admis à prendre part aux épreuves des concours d'entrée à l'école nationale de la magistrature, d'apprécier, dans l'intérêt du service, si les candidats présentent les garanties requises pour l'exercice des fonctions auxquelles donnent accès les études poursuivies à l'école et s'il peut, à cet égard, tenir compte de faits et manifestations antérieurs à la candidature de l'intéressé, lorsqu'ils établissent son inaptitude à exercer les fonctions dont s'agit, il incombe au juge de l'excès de pouvoir de vérifier que la décision ainsi prise est fondée sur des faits matériellement exacts et de nature à la justifier légalement [1].

JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES ET JUDICIAIRES - MAGISTRATS ET AUXILIAIRES DE LA JUSTICE - MAGISTRATS DE L'ORDRE JUDICIAIRE - Ecole nationale de la magistrature - Refus d'admission à concourir - [1] - RJ1 Contrôle du juge - Contrôle normal [1] - [2] Faits n'étant pas de nature à le justifier.

36-03-02[2], 37-04-02[2] En estimant, pour refuser d'autoriser un candidat à se présenter au concours ouvert pour l'accès à l'école nationale de la magistrature, que la participation de l'intéressé, plusieurs années avant le dépôt de sa candidature, à des manifestations d'étudiants de caractère véhément mais qui ne s'étaient accompagnées d'aucune violence, révèlait l'inaptitude de l'intéressé à exercer les fonctions judiciaires avec la réserve et la pondération qui s'imposent aux magistrats, le Garde des Sceaux a fondé sa décision sur des faits qui n'étaient pas de nature à la justifier.

RJ1 PROCEDURE - POUVOIRS DU JUGE - CONTROLE DU JUGE DE L'EXCES DE POUVOIR - CONTROLE NORMAL - Refus d'admission à concourir aux concours d'entrée dans la fonction publique [1].

Références :


1. AB.JUR. Jacques, 1973-04-06, p. 288


Texte :

Requête de M. X... tendant à :
1° l'annulation du jugement du 10 avril 1981 du tribunal administratif de Paris rejetant sa demande dirigée contre la décision du 9 août 1977 du Garde des Sceaux, ministre de la justice, refusant son inscription sur la liste des candidats admis à prendre part aux épreuves de la session de 1977 du concours d'entrée à l'école nationale de la magistrature ;
2° l'annulation de cette décision ;
Vu l'ordonnance du 22 décembre 1958 et le décret du 4 mai 1972 ; le code des tribunaux administratifs ; l'ordonnance du 31 juillet 1945 et le décret du 30 septembre 1953 ; la loi du 30 décembre 1977 ;
Sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens de la requête : Considérant que s'il appartient au Garde des Sceaux, ministre de la justice, chargé par l'article 16 du décret susvisé du 4 mai 1972 de fixer la liste des candidats admis à prendre part aux épreuves du concours d'entrée à l'école nationale de la magistrature, d'apprécier, dans l'intérêt du service, si les candidats présentent les garanties requises pour l'exercice des fonctions auxquelles donnent accès les études poursuivies à l'école et s'il peut, à cet égard, tenir compte de faits et manifestations antérieurs à la candidature de l'intéressé, lorsqu'ils établissent son inaptitude à exercer les fonctions dont s'agit, il incombe au juge de l'excès de pouvoir de vérifier que la décision ainsi prise est fondée sur des faits matériellement exacts et de nature à la justifier légalement ;
Cons. que, pour refuser d'autoriser M. X... à se présenter au concours ouvert en 1977 pour l'accès à l'école nationale de la magistrature, le ministre de la justice s'est fondé sur son comportement au cours d'incidents qui ont eu lieu en 1974 et 1975 à l'université de Nanterre, tel qu'il ressortait des procès-verbaux de police établis à la suite de plaintes déposées à l'époque par les autorités universitaires contre plusieurs étudiants ;
Cons. qu'il ressort des pièces du dossier qu'en estimant que la participation du requérant, plusieurs années avant le dépôt de sa candidature, à des manifestations d'étudiants de caractère véhément mais qui ne s'étaient accompagnées d'aucune violence, révélait l'inaptitude de l'intéressé à exercer les fonctions judiciaires avec la réserve et la pondération qui s'imposent aux magistrats, le Garde des Sceaux, ministre de la justice, a fondé sa décision sur des faits qui n'étaient pas de nature à la justifier ; que M. X... est dès lors fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Paris a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision en date du 9 août 1977 ;
annulation du jugement ; annulation de la décision .N
1 Ab. jur. Jacques, 6 avr. 1973, p. 288.

Références :

Décret 72-355 1972-05-04 art. 16


Publications :

Proposition de citation: CE, 18 mars 1983, n° 34782
Publié au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Gazier
Rapporteur ?: M. Schoettl
Rapporteur public ?: Mlle Laroque

Origine de la décision

Formation : 4 / 1 ssr
Date de la décision : 18/03/1983

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.