Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 9ème et 10ème sous-sections réunies, 19 janvier 2011, 343389

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 343389
Numéro NOR : CETATEXT000023494637 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2011-01-19;343389 ?

Analyses :

ACTES LÉGISLATIFS ET ADMINISTRATIFS - VALIDATION LÉGISLATIVE - CONFORMITÉ AUX RÈGLES DE DROIT SUPÉRIEUR - INCITATION TARIFAIRE À LA PRODUCTION D'ÉLECTRICITÉ À PARTIR DE L'ÉNERGIE SOLAIRE (ART - 10 DE LA LOI DU 10 FÉVRIER 2000) - VALIDATION DES ARRÊTÉS DES 12 ET 15 JANVIER 2010 EN MODIFIANT LES CONDITIONS D'ACHAT (ART - 88 - IV DE LA LOI DU 12 JUILLET 2010) - QUESTION PRIORITAIRE DE CONSTITUTIONNALITÉ - RESPECT DES SITUATIONS CONTRACTUELLES LÉGALEMENT CONSTITUÉES (ART - 4 ET 16 DE LA DDHC) - EXISTENCE D'UN BUT D'INTÉRÊT GÉNÉRAL SUFFISANT - QUESTION QUI N'EST PAS NOUVELLE ET NE PRÉSENTE PAS UN CARACTÈRE SÉRIEUX.

01-11-01 La loi n° 2000-108 du 10 février 2000 a entendu encourager le développement de l'énergie solaire en instituant par son article 10, à la charge d'Electricité de France (EDF) et des autres distributeurs d'électricité, une obligation d'achat de l'électricité produite à partir de l'énergie solaire, selon des tarifs incitatifs dont la fixation a été renvoyée au pouvoir réglementaire. Les surcoûts induits pour les distributeurs par l'application de ces tarifs d'achat font l'objet d'une compensation financée par la contribution au service public de l'électricité, qui est un impôt prélevé sur chaque consommateur lors du paiement de ses factures d'électricité. Question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les III et IV de l'article 88 de la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010.... ...Le IV valide, sous réserve des décisions de justice passées en force de chose jugée, deux arrêtés du 12 janvier 2010 et un arrêté du 15 janvier 2010 modifiant les conditions d'achat applicables à ces contrats, en tant qu'ils seraient contestés par les moyens tirés, d'une part, d'une irrégularité de consultation, d'autre part, de l'application immédiate de nouvelles règles tarifaires aux demandes de conclusion de contrats d'achat formulées sous le régime précédemment en vigueur. Par ailleurs, un arrêté du 16 mars 2010, au vu duquel le législateur s'est prononcé, est venu préciser que les dispositions des arrêtés validés ne s'appliquent pas aux installations pour lesquelles une demande de contrat d'achat a été déposée avant le 1er novembre 2009, ni à certaines installations pour lesquelles une demande a été déposée entre cette date et la publication des arrêtés du 12 janvier 2010. Les dispositions du IV de l'article 88 de la loi du 12 juillet 2010 ont ainsi eu pour objet d'éviter que ne pèse sur les consommateurs d'électricité une charge excessive liée à la multiplication des demandes de contrat d'achat, à des tarifs particulièrement attractifs, déposées après l'annonce, en septembre 2009, de la modification de ces tarifs à compter du début de l'année 2010. Par suite, à supposer même que les arrêtés validés aient porté atteinte à l'économie de contrats légalement conclus, les dispositions du IV de l'article 88 de la loi du 12 juillet 2010 répondent à un but d'intérêt général suffisant. Le moyen tiré d'une atteinte excessive à des contrats légalement conclus en méconnaissance des exigences résultant des articles 4 et 16 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 (DDHC) ne présente donc pas un caractère sérieux.

ENERGIE - INCITATION TARIFAIRE À LA PRODUCTION D'ÉLECTRICITÉ À PARTIR DE L'ÉNERGIE SOLAIRE (ART - 10 DE LA LOI DU 10 FÉVRIER 2000) - QUESTION PRIORITAIRE DE CONSTITUTIONNALITÉ - VALIDATION DES ARRÊTÉS DES 12 ET 15 JANVIER 2010 EN MODIFIANT LES CONDITIONS D'ACHAT (ART - 88 - IV DE LA LOI DU 12 JUILLET 2010) - RESPECT DES SITUATIONS CONTRACTUELLES LÉGALEMENT CONSTITUÉES (ART - 4 ET 16 DE LA DDHC) - EXISTENCE D'UN BUT D'INTÉRÊT GÉNÉRAL SUFFISANT - QUESTION QUI N'EST PAS NOUVELLE ET NE PRÉSENTE PAS UN CARACTÈRE SÉRIEUX.

29-036 La loi n° 2000-108 du 10 février 2000 a entendu encourager le développement de l'énergie solaire en instituant par son article 10, à la charge d'Electricité de France (EDF) et des autres distributeurs d'électricité, une obligation d'achat de l'électricité produite à partir de l'énergie solaire, selon des tarifs incitatifs dont la fixation a été renvoyée au pouvoir réglementaire. Les surcoûts induits pour les distributeurs par l'application de ces tarifs d'achat font l'objet d'une compensation financée par la contribution au service public de l'électricité, qui est un impôt prélevé sur chaque consommateur lors du paiement de ses factures d'électricité. Question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les III et IV de l'article 88 de la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010.... ...Le IV valide, sous réserve des décisions de justice passées en force de chose jugée, deux arrêtés du 12 janvier 2010 et un arrêté du 15 janvier 2010 modifiant les conditions d'achat applicables à ces contrats, en tant qu'ils seraient contestés par les moyens tirés, d'une part, d'une irrégularité de consultation, d'autre part, de l'application immédiate de nouvelles règles tarifaires aux demandes de conclusion de contrats d'achat formulées sous le régime précédemment en vigueur. Par ailleurs, un arrêté du 16 mars 2010, au vu duquel le législateur s'est prononcé, est venu préciser que les dispositions des arrêtés validés ne s'appliquent pas aux installations pour lesquelles une demande de contrat d'achat a été déposée avant le 1er novembre 2009, ni à certaines installations pour lesquelles une demande a été déposée entre cette date et la publication des arrêtés du 12 janvier 2010. Les dispositions du IV de l'article 88 de la loi du 12 juillet 2010 ont ainsi eu pour objet d'éviter que ne pèse sur les consommateurs d'électricité une charge excessive liée à la multiplication des demandes de contrat d'achat, à des tarifs particulièrement attractifs, déposées après l'annonce, en septembre 2009, de la modification de ces tarifs à compter du début de l'année 2010. Par suite, à supposer même que les arrêtés validés aient porté atteinte à l'économie de contrats légalement conclus, les dispositions du IV de l'article 88 de la loi du 12 juillet 2010 répondent à un but d'intérêt général suffisant. Le moyen tiré d'une atteinte excessive à des contrats légalement conclus en méconnaissance des exigences résultant des articles 4 et 16 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 (DDHC) ne présente donc pas un caractère sérieux.

ENERGIE - MARCHÉ DE L'ÉNERGIE - TARIFICATION - ELECTRICITÉ - INCITATION TARIFAIRE À LA PRODUCTION D'ÉLECTRICITÉ À PARTIR DE L'ÉNERGIE SOLAIRE (ART - 10 DE LA LOI DU 10 FÉVRIER 2000) - QUESTION PRIORITAIRE DE CONSTITUTIONNALITÉ - VALIDATION DES ARRÊTÉS DES 12 ET 15 JANVIER 2010 EN MODIFIANT LES CONDITIONS D'ACHAT (ART - 88 - IV DE LA LOI DU 12 JUILLET 2010) - RESPECT DES SITUATIONS CONTRACTUELLES LÉGALEMENT CONSTITUÉES (ART - 4 ET 16 DE LA DDHC) - EXISTENCE D'UN BUT D'INTÉRÊT GÉNÉRAL SUFFISANT - QUESTION QUI N'EST PAS NOUVELLE ET NE PRÉSENTE PAS UN CARACTÈRE SÉRIEUX.

29-06-02-01-015 La loi n° 2000-108 du 10 février 2000 a entendu encourager le développement de l'énergie solaire en instituant par son article 10, à la charge d'Electricité de France (EDF) et des autres distributeurs d'électricité, une obligation d'achat de l'électricité produite à partir de l'énergie solaire, selon des tarifs incitatifs dont la fixation a été renvoyée au pouvoir réglementaire. Les surcoûts induits pour les distributeurs par l'application de ces tarifs d'achat font l'objet d'une compensation financée par la contribution au service public de l'électricité, qui est un impôt prélevé sur chaque consommateur lors du paiement de ses factures d'électricité. Question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les III et IV de l'article 88 de la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010.... ...Le IV valide, sous réserve des décisions de justice passées en force de chose jugée, deux arrêtés du 12 janvier 2010 et un arrêté du 15 janvier 2010 modifiant les conditions d'achat applicables à ces contrats, en tant qu'ils seraient contestés par les moyens tirés, d'une part, d'une irrégularité de consultation, d'autre part, de l'application immédiate de nouvelles règles tarifaires aux demandes de conclusion de contrats d'achat formulées sous le régime précédemment en vigueur. Par ailleurs, un arrêté du 16 mars 2010, au vu duquel le législateur s'est prononcé, est venu préciser que les dispositions des arrêtés validés ne s'appliquent pas aux installations pour lesquelles une demande de contrat d'achat a été déposée avant le 1er novembre 2009, ni à certaines installations pour lesquelles une demande a été déposée entre cette date et la publication des arrêtés du 12 janvier 2010. Les dispositions du IV de l'article 88 de la loi du 12 juillet 2010 ont ainsi eu pour objet d'éviter que ne pèse sur les consommateurs d'électricité une charge excessive liée à la multiplication des demandes de contrat d'achat, à des tarifs particulièrement attractifs, déposées après l'annonce, en septembre 2009, de la modification de ces tarifs à compter du début de l'année 2010. Par suite, à supposer même que les arrêtés validés aient porté atteinte à l'économie de contrats légalement conclus, les dispositions du IV de l'article 88 de la loi du 12 juillet 2010 répondent à un but d'intérêt général suffisant. Le moyen tiré d'une atteinte excessive à des contrats légalement conclus en méconnaissance des exigences résultant des articles 4 et 16 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 (DDHC) ne présente donc pas un caractère sérieux.

PROCÉDURE - INOPÉRANCE DE LA CONTESTATION D'UNE DISPOSITION LÉGISLATIVE AU REGARD DU LITIGE DONNANT LIEU À LA QPC - CONSÉQUENCE - DISPOSITION INAPPLICABLE AU LITIGE.

54-10-05-01-01 La loi n° 2000-108 du 10 février 2000 a entendu encourager le développement de l'énergie solaire en instituant par son article 10, à la charge d'Electricité de France (EDF) et des autres distributeurs d'électricité, une obligation d'achat de l'électricité produite à partir de l'énergie solaire, selon des tarifs incitatifs dont la fixation a été renvoyée au pouvoir réglementaire. Les surcoûts induits pour les distributeurs par l'application de ces tarifs d'achat font l'objet d'une compensation financée par la contribution au service public de l'électricité, qui est un impôt prélevé sur chaque consommateur lors du paiement de ses factures d'électricité. Question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les III et IV de l'article 88 de la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010.... ...Le IV valide, sous réserve des décisions de justice passées en force de chose jugée, deux arrêtés du 12 janvier 2010 et un arrêté du 15 janvier 2010 modifiant les conditions d'achat applicables à ces contrats, en tant qu'ils seraient contestés par les moyens tirés, d'une part, d'une irrégularité de consultation, d'autre part, de l'application immédiate de nouvelles règles tarifaires aux demandes de conclusion de contrats d'achat formulées sous le régime précédemment en vigueur. Par ailleurs, un arrêté du 16 mars 2010, au vu duquel le législateur s'est prononcé, est venu préciser que les dispositions des arrêtés validés ne s'appliquent pas aux installations pour lesquelles une demande de contrat d'achat a été déposée avant le 1er novembre 2009, ni à certaines installations pour lesquelles une demande a été déposée entre cette date et la publication des arrêtés du 12 janvier 2010. Les dispositions du IV de l'article 88 de la loi du 12 juillet 2010 ont ainsi eu pour objet d'éviter que ne pèse sur les consommateurs d'électricité une charge excessive liée à la multiplication des demandes de contrat d'achat, à des tarifs particulièrement attractifs, déposées après l'annonce, en septembre 2009, de la modification de ces tarifs à compter du début de l'année 2010. Par suite, à supposer même que les arrêtés validés aient porté atteinte à l'économie de contrats légalement conclus, les dispositions du IV de l'article 88 de la loi du 12 juillet 2010 répondent à un but d'intérêt général suffisant. Le moyen tiré d'une atteinte excessive à des contrats légalement conclus en méconnaissance des exigences résultant des articles 4 et 16 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 (DDHC) ne présente donc pas un caractère sérieux.... ...Les dispositions du III de l'article 88 de la loi du 12 juillet 2010 ont pour objet de qualifier les contrats d'achat d'électricité régis par l'article 10 de la loi du 10 février 2000 de contrats administratifs et de préciser qu'ils ne sont conclus et n'engagent les parties qu'à compter de leur signature. Le litige soulevé par les auteurs de la QPC ne porte pas sur un contrat d'achat d'électricité mais sur la légalité des arrêtés du 16 mars 2010. Eu égard au défaut de caractère sérieux des questions soulevées à l'encontre des dispositions du IV de cet article, la question de la qualification et de la date de conclusion des contrats d'achat d'électricité est sans incidence sur l'appréciation de la légalité des arrêtés du 12 janvier 2010 et, par voie de conséquence, de ceux du 16 mars 2010. Les dispositions du III de l'article 88 ne sont donc pas applicables au litige.

PROCÉDURE - VALIDATION DES ARRÊTÉS DES 12 ET 15 JANVIER 2010 MODIFIANT LES CONDITIONS D'ACHAT DE L'ÉLECTRICITÉ PRODUITE À PARTIR DE L'ÉNERGIE SOLAIRE (ART - 88 - IV DE LA LOI DU 12 JUILLET 2010) - RESPECT DES SITUATIONS CONTRACTUELLES LÉGALEMENT CONSTITUÉES (ART - 4 ET 16 DE LA DDHC) - EXISTENCE D'UN BUT D'INTÉRÊT GÉNÉRAL SUFFISANT.

54-10-05-04-02 La loi n° 2000-108 du 10 février 2000 a entendu encourager le développement de l'énergie solaire en instituant par son article 10, à la charge d'Electricité de France (EDF) et des autres distributeurs d'électricité, une obligation d'achat de l'électricité produite à partir de l'énergie solaire, selon des tarifs incitatifs dont la fixation a été renvoyée au pouvoir réglementaire. Les surcoûts induits pour les distributeurs par l'application de ces tarifs d'achat font l'objet d'une compensation financée par la contribution au service public de l'électricité, qui est un impôt prélevé sur chaque consommateur lors du paiement de ses factures d'électricité. Question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les III et IV de l'article 88 de la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010.... ...Le IV valide, sous réserve des décisions de justice passées en force de chose jugée, deux arrêtés du 12 janvier 2010 et un arrêté du 15 janvier 2010 modifiant les conditions d'achat applicables à ces contrats, en tant qu'ils seraient contestés par les moyens tirés, d'une part, d'une irrégularité de consultation, d'autre part, de l'application immédiate de nouvelles règles tarifaires aux demandes de conclusion de contrats d'achat formulées sous le régime précédemment en vigueur. Par ailleurs, un arrêté du 16 mars 2010, au vu duquel le législateur s'est prononcé, est venu préciser que les dispositions des arrêtés validés ne s'appliquent pas aux installations pour lesquelles une demande de contrat d'achat a été déposée avant le 1er novembre 2009, ni à certaines installations pour lesquelles une demande a été déposée entre cette date et la publication des arrêtés du 12 janvier 2010. Les dispositions du IV de l'article 88 de la loi du 12 juillet 2010 ont ainsi eu pour objet d'éviter que ne pèse sur les consommateurs d'électricité une charge excessive liée à la multiplication des demandes de contrat d'achat, à des tarifs particulièrement attractifs, déposées après l'annonce, en septembre 2009, de la modification de ces tarifs à compter du début de l'année 2010. Par suite, à supposer même que les arrêtés validés aient porté atteinte à l'économie de contrats légalement conclus, les dispositions du IV de l'article 88 de la loi du 12 juillet 2010 répondent à un but d'intérêt général suffisant. Le moyen tiré d'une atteinte excessive à des contrats légalement conclus en méconnaissance des exigences résultant des articles 4 et 16 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 (DDHC) ne présente donc pas un caractère sérieux.


Texte :

Vu le mémoire, enregistré le 29 octobre 2010 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présenté pour l'EARL SCHMITTSEPPEL, dont le siège est situé 23 rue Saint Jean à Brouviller (57635), représentée par son gérant, et M. Vincent A, demeurant ..., en application de l'article 23-5 de l'ordonnance n° 58-1067 du 7 novembre 1958) ; l'EARL SCHMITTSEPPEL et M. A demandent au Conseil d'Etat, à l'appui de leur requête tendant à l'annulation de l'arrêté du 16 mars 2010 fixant les conditions d'achat de l'électricité produite par certaines installations utilisant l'énergie radiative du soleil telles que visées au 3° de l'article 2 du décret n° 2000-1196 du 6 décembre 2000 et de l'arrêté du même jour relatif aux conditions d'achat de l'électricité produite par certaines installations utilisant l'énergie radiative du soleil, de renvoyer au Conseil constitutionnel la question de la conformité aux droits et libertés garantis par la Constitution des dispositions des III et IV de l'article 88 de la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la Constitution, notamment son préambule et son article 61-1 ;

Vu l'ordonnance n° 58-1067 du 7 novembre 1958 ;

Vu la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement, notamment son article 88 ;

Vu la loi n° 2000-108 du 10 février 2000 ;

Vu le décret n° 2000-410 du 10 mai 2001 ;

Vu l'arrêté du 12 janvier 2010 fixant les conditions d'achat de l'électricité produite par les installations utilisant l'énergie radiative du soleil telles que visées au 3° de l'article 2 du décret n° 2000-1196 du 6 décembre 2000 ;

Vu l'arrêté du 12 janvier 2010 portant abrogation de l'arrêté du 10 juillet 2006 fixant les conditions d'achat de l'électricité produite par les installations utilisant l'énergie radiative du soleil telles que visées au 3° de l'article 2 du décret n° 2000-1196 du 6 décembre 2000 ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de Mme Cécile Isidoro, Maître des Requêtes,

- les observations de la SCP Ancel, Couturier-Heller, avocat du ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement et du ministre de l'économie, des finances et de l'industrie,

- les conclusions de Mme Claire Legras, rapporteur public ;

La parole ayant été à nouveau donnée à la SCP Ancel, Couturier-Heller, avocat du ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement et du ministre de l'économie, des finances et de l'industrie ;

Considérant qu'aux termes du premier alinéa de l'article 23-5 de l'ordonnance du 7 novembre 1958 portant loi organique sur le Conseil constitutionnel : "Le moyen tiré de ce qu'une disposition législative porte atteinte aux droits et libertés garantis par la Constitution peut être soulevé (...) à l'occasion d'une instance devant le Conseil d'Etat (...)" ; qu'il résulte des dispositions de ce même article que le Conseil constitutionnel est saisi de la question prioritaire de constitutionnalité à la triple condition que la disposition contestée soit applicable au litige ou à la procédure, qu'elle n'ait pas déjà été déclarée conforme à la Constitution dans les motifs et le dispositif d'une décision du Conseil constitutionnel, sauf changement des circonstances, et que la question soit nouvelle ou présente un caractère sérieux ;

Considérant qu'en vue de favoriser le développement des énergies renouvelables et notamment de l'énergie radiative du soleil, la loi du 10 février 2000 relative à la modernisation et au développement du service public de l'électricité institue, d'une part, une obligation d'achat à la charge d'Electricité de France et des entreprises locales de distribution et prévoit, d'autre part, des modalités de tarification incitatives fixées par voie réglementaire ; que le surcoût du tarif d'achat est financé par la contribution au service public de l'électricité, par l'intermédiaire d'un fonds de péréquation alimenté par chaque consommateur lors du paiement de ses factures d'électricité ;

Considérant qu'aux termes du III de l'article 88 de la loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement : "L'article 10 de la loi n° 2000-108 du 10 février 2000 précitée est ainsi modifié : (...) / 3° Avant le dernier alinéa, il est inséré un alinéa ainsi rédigé : "Les contrats régis par le présent article sont des contrats administratifs qui ne sont conclus et qui n'engagent les parties qu'à compter de leur signature. Le présent alinéa a un caractère interprétatif"" ; qu'aux termes du IV du même article : "Sous réserve des décisions de justice passées en force de chose jugée, sont validés l'arrêté du 12 janvier 2010 portant abrogation de l'arrêté du 10 juillet 2006 fixant les conditions d'achat de l'électricité produite par les installations utilisant l'énergie radiative du soleil telles que visées au 3° de l'article 2 du décret n° 2000-1196 du 6 décembre 2000, l'arrêté du 12 janvier 2010 fixant les conditions d'achat de l'électricité produite par les installations utilisant l'énergie radiative du soleil telles que visées au 3° de l'article 2 du décret n° 2000-1196 du 6 décembre 2000 et l'arrêté du 15 janvier 2010 le modifiant, en tant qu'ils seraient contestés par les moyens tirés, d'une part, d'une irrégularité de consultation, d'autre part, de l'application immédiate de nouvelles règles tarifaires aux demandes de contrat d'achat formulées sous l'empire de l'arrêté du 10 juillet 2006 fixant les conditions d'achat de l'électricité produite par les installations utilisant l'énergie radiative du soleil telles que visées au 3° de l'article 2 du décret n° 2000-1196 du 6 décembre 2000";

Considérant, en premier lieu, qu'il résulte de la jurisprudence du Conseil constitutionnel que si le législateur peut modifier rétroactivement une règle de droit ou valider un acte administratif ou de droit privé, c'est à la condition de poursuivre un but d'intérêt général suffisant et de respecter tant les décisions de justice ayant force de chose jugée que le principe de non-rétroactivité des peines et des sanctions ; qu'en outre, l'acte modifié ou validé ne doit méconnaître aucune règle, ni aucun principe de valeur constitutionnelle, sauf à ce que le but d'intérêt général visé soit lui-même de valeur constitutionnelle ; qu'enfin, la portée de la modification ou de la validation doit être strictement définie ; qu'il résulte des dispositions de l'arrêté du 16 mars 2010 fixant les conditions d'achat de l'électricité produite par certaines installations utilisant l'énergie radiative du soleil telles que visées au 3° de l'article 2 du décret n° 2000-1196 du 6 décembre 2000, au vu desquelles le législateur s'est prononcé, que les dispositions réglementaires validées ne s'appliquent pas aux installations pour lesquelles une demande de contrat d'achat, conforme aux dispositions de l'arrêté du 10 juillet 2006 et du décret n° 2001-410 du 10 mai 2001 modifié, a été déposée avant le 1er novembre 2009, ni à certaines installations pour lesquelles une demande a été déposée entre cette date et la publication des arrêtés du 12 janvier 2010 ; qu'ainsi, le IV de l'article 88 de la loi du 12 juillet 2010 a eu pour objet d'éviter que, compte tenu des modalités de financement précédemment décrites, ne pèse sur les consommateurs d'électricité une charge excessive liée à la multiplication des demandes de contrat d'achat, à des tarifs particulièrement attractifs, déposées après l'annonce, en septembre 2009, de la modification de ces tarifs à compter du début de l'année 2010, la puissance totale des demandes déposées au cours du seul mois de décembre 2009 ayant dépassé cinq cent fois la puissance demandée en moyenne mensuelle au cours de l'année 2008 ; que, par suite, à supposer même que les arrêtés du 12 janvier 2010 aient porté atteinte à l'économie de contrats légalement conclus, les dispositions du IV de l'article 88 répondent à un but d'intérêt général suffisant ; qu'elles ne valident les arrêtés mentionnés ci-dessus qu'en tant qu'ils seraient contestés sur le fondement de moyens tirés, d'une part, d'une irrégularité de consultation, d'autre part, de l'application immédiate des nouvelles règles tarifaires à des demandes de contrat d'achat déjà formulées ; qu'elles réservent expressément les décisions passées en force de chose jugée ; qu'aucune pénalité rétroactive ne peut se fonder sur elles ; qu'il en résulte que ni le moyen tiré d'une atteinte excessive à des contrats légalement conclus en méconnaissance des exigences résultant des articles 4 et 16 de la Déclaration de 1789 ni ceux tirés de la méconnaissance de la séparation des pouvoirs et du droit à un recours juridictionnel effectif garantis par l'article 16 de cette Déclaration ne présentent de caractère sérieux ; que le principe d'égalité devant les charges publiques ne saurait être regardé comme méconnu du seul fait que la loi n'a pas prévu d'indemnisation au profit des personnes concernées par ses dispositions ; que le moyen tiré de la méconnaissance, par les arrêtés du 12 janvier 2010, de l'objectif de valeur constitutionnelle d'intelligibilité et d'accessibilité de la norme est inopérant, ces actes n'ayant pas été validés en tant qu'ils seraient contestés sur le fondement d'un tel moyen ; que, par suite, en tant qu'elle est dirigée contre le IV de l'article 88 de la loi du 12 juillet 2010, la question soulevée, qui n'est pas nouvelle, ne présente pas un caractère sérieux ;

Considérant, en second lieu, que les dispositions du III de l'article 88 de la loi du 12 juillet 2010 ont pour objet de qualifier les contrats d'achat d'électricité régis par l'article 10 de la loi n° 2000-108 du 10 février 2000 de contrats administratifs et de préciser qu'ils ne sont conclus et n'engagent les parties qu'à compter de leur signature ; que le litige soulevé par l'EARL SCHMITTSEPPEL et par M. A ne porte pas sur un contrat d'achat d'électricité mais sur la légalité des arrêtés du 16 mars 2010 ; qu'eu égard à ce qui vient d'être dit quant au défaut de caractère sérieux des questions soulevées à l'encontre des dispositions du IV du même article, la question de la qualification et de la date de conclusion des contrats d'achat d'électricité est sans incidence sur l'appréciation de la légalité des arrêtés du 12 janvier 2010 et, par voie de conséquence, de ceux du 16 mars 2010 ; que les dispositions du III de l'article 88 ne sont donc pas applicables au présent litige ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que, sans qu'il soit besoin de renvoyer au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité invoquée, le moyen tiré de ce que les III et IV de l'article 88 de la loi du 12 juillet 2010 portent atteinte aux droits et libertés garantis par la Constitution doit être écarté ;

D E C I D E :

--------------

Article 1er : Il n'y a pas lieu de renvoyer au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité soulevée par l'EARL SCHMITTSEPPEL et M. A.

Article 2 : La présente décision sera notifiée à l'EARL SCHMITTSEPPEL, à M. Vincent A, à la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, à la ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, au ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire et au Premier ministre.

Copie en sera adressée au Conseil constitutionnel.


Publications :

Proposition de citation: CE, 19 janvier 2011, n° 343389
Mentionné aux tables du recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Martin
Rapporteur ?: Mme Cécile Isidoro
Rapporteur public ?: Mme Legras Claire
Avocat(s) : SCP ANCEL, COUTURIER-HELLER

Origine de la décision

Formation : 9ème et 10ème sous-sections réunies
Date de la décision : 19/01/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.