Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 2eme chambre (formation a 3), 23 novembre 2004, 01BX00912

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 01BX00912
Numéro NOR : CETATEXT000007507451 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2004-11-23;01bx00912 ?

Texte :

Vu la requête, enregistrée au greffe de la Cour, le 5 avril 2001, présentée par Me X..., avocat pour la COMMUNE DE MILLAU, représentée par son maire ;

La COMMUNE DE MILLAU demande à la Cour :

- d'annuler le jugement du 20 décembre 2000 par lequel le tribunal administratif de Toulouse a annulé la délibération du conseil municipal de Millau, du 29 juin 1998, approuvant le contrat concédant à la société Atlantis l'exploitation du camping municipal et l'avenant n° 1 à ladite convention confiant à cette société la gestion du bar-restaurant du camping pour les mois de juillet à septembre 1998 et autorisant le maire à signer ces actes ;

- de rejeter la demande de l'association le grain de sable ;

- de condamner l'association le grain de sable à lui verser une somme de 12 000 francs au titre de l'article L. 8-1 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu l'ordonnance en date du 27 mai 2004 fixant la clôture de l'instruction au 18 juin 2004 ;

Vu le code général des collectivités territoriales ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 26 octobre 2004,

le rapport de Mme Balzamo, premier conseiller ;

et les conclusions de M. Péano, commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'aux termes de l'article L. 1411-5 du code général des collectivités territoriales : Après décision sur le principe de la délégation, il est procédé à une publicité et à un recueil d'offres dans les conditions prévues aux deuxième et troisième alinéas de l'article L. 1411-1. Les plis contenant les offres sont ouverts par une commission (...) Au vu de l'avis de la commission, l'autorité habilitée à signer la convention engage librement toute discussion utile avec une ou des entreprises ayant présenté une offre. Elle saisit l'assemblée délibérante du choix de l'entreprise auquel elle a procédé. Elle lui transmet le rapport de la commission présentant notamment la liste des entreprises admises à présenter une offre et l'analyse des propositions de celles-ci, ainsi que les motifs du choix de la candidate et l'économie générale du contrat. ;

Considérant que si la COMMUNE DE MILLAU soutient que l'ensemble des pièces constituant le dossier du projet de délégation de l'exploitation du camping municipal a été transmis aux conseillers municipaux par courrier du 4 juin 1998, préalablement à la séance du 29 juin 1998, il ressort des pièces du dossier que la commission prévue à l'article L. 1411-5 précité n'a pas établi de rapport présentant notamment la liste des entreprises admises à présenter une offre et l'analyse des propositions de celles-ci ; que si la COMMUNE DE MILLAU fait valoir qu'une seule entreprise a présenté une offre, une telle circonstance ne justifie pas l'absence de rapport de la commission de délégation analysant ladite offre ; qu'il résulte des termes mêmes des dispositions de l'article L. 1411-5 que le rapport de la commission doit être transmis au conseil municipal et figure, ainsi, au nombre des documents visés au second alinéa de l'article L. 1411-7 qui précise les conditions de cette transmission ; que, dès lors, la COMMUNE DE MILLAU n'est pas fondée à soutenir que la procédure prévue par l'article L. 1411-5 du code général des collectivités territoriales a été respectée et que le conseil municipal a bénéficié d'une information suffisante ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que la COMMUNE DE MILLAU n'est pas fondée à demander l'annulation du jugement du 20 décembre 2000 par lequel le tribunal administratif de Toulouse a annulé la délibération du 29 juin 1998 de son conseil municipal ;

Sur l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que l'association le grain de sable qui n'est pas dans la présente instance, la partie perdante, soit condamnée à verser à la COMMUNE DE MILLAU une somme au titre des frais exposés et non compris dans les dépens ;

DÉCIDE :

Article 1er : La requête la COMMUNE DE MILLAU est rejetée.

2

No 01BX00912


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. LEPLAT
Rapporteur ?: Mme Evelyne BALZAMO
Rapporteur public ?: M. PEANO
Avocat(s) : BISMES

Origine de la décision

Formation : 2eme chambre (formation a 3)
Date de la décision : 23/11/2004

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.