Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Bordeaux, 5eme chambre (formation a 3), 07 novembre 2005, 02BX01354

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 02BX01354
Numéro NOR : CETATEXT000007508975 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.bordeaux;arret;2005-11-07;02bx01354 ?

Texte :

Vu, enregistrée au greffe de la Cour le 10 juillet 2002, la requête présentée pour M. et Mme X demeurant ... ;

M. et Mme X demandent à la Cour :

- d'annuler le jugement du 7 mai 2002 par lequel le Tribunal administratif de Toulouse a rejeté leur demande tendant à l'annulation de l'arrêté du 5 juin 2000 du préfet de l'Ariège déclarant d'utilité publique le projet de réalisation d'une voie communale dans la commune de l'Hospitalet-près-l'Andorre et cessible la partie de leur propriété mentionnée sur l'état parcellaire ;

- d'annuler l'arrêté litigieux ;

- de condamner l'Etat à leur verser à chacun la somme de 1 600 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative ;

..................................................................................................................

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code de l'expropriation pour cause d'utilité publique ;

Vu le code de justice administrative ;

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;

Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 10 octobre 2005 :

- le rapport de Mme Viard ;

- et les conclusions de M. Pouzoulet, commissaire du gouvernement ;

Sur la régularité du jugement attaqué :

Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que le tribunal administratif a répondu à tous les moyens qui étaient invoqués devant lui ; qu'il n'était pas tenu de répondre à tous les arguments présentés ; que, par suite, le moyen tiré de ce que le jugement serait irrégulier faute d'une motivation suffisante doit être écarté ;

Au fond :

En ce qui concerne la régularité de l'enquête publique :

Considérant que l'enquête ordonnée par le préfet de l'Ariège était à la fois une enquête sur l'utilité publique du projet de réalisation d'une voie communale et une enquête parcellaire ; qu'il ressort des pièces du dossier que le commissaire enquêteur a émis un avis favorable tant sur l'utilité publique du projet que sur la cessibilité des terrains visés dans l'état parcellaire ; qu'il a motivé l'avis favorable qu'il a donné au projet en relevant que son objet, qui était d'assurer une meilleure desserte des quartiers sud du village et de faciliter l'accès notamment à l'école, était justifié et que les inconvénients allégués n'étaient pas fondés ou, pouvaient être, soit amoindris, soit évités, et a ainsi émis un avis personnel et motivé sur le projet ; que s'il a assorti son avis favorable d'une réserve tendant à ce que la commune propose à Mme Y un échange de parcelle, la commune a effectivement proposé à Mme Y un tel échange avant que n'intervienne l'arrêté de déclaration d'utilité publique litigieux, de sorte que ladite réserve a été levée avant l'intervention de cet arrêté ; que les moyens par lesquels les requérants contestent la régularité de l'enquête doivent, par suite, être écartés ;

En ce qui concerne l'utilité publique du projet :

Considérant qu'une opération ne peut être légalement déclarée d'utilité publique que si les atteintes à la propriété privée, le coût financier et éventuellement les inconvénients d'ordre social ou l'atteinte à d'autres intérêts publics qu'elle comporte ne sont pas excessifs eu égard à l'intérêt qu'elle présente ;

Considérant que la création de la voie communale dont il s'agit s'inscrit dans le cadre du projet de réaménagement et d'embellissement de la commune de l'Hospitalet-près-l'Andorre aux fins d'améliorer le cadre de vie de ses habitants et de favoriser le développement du tourisme ; que cette nouvelle voie a pour objet de remédier aux difficultés de circulation existant dans la rue principale de la commune, qui sont dues en particulier à l'étroitesse de la voie devant l'église, et de faciliter ainsi la desserte de l'école et du quartier sud du village ; que les inconvénients de l'opération en cause, et notamment l'atteinte portée au jardin des requérants, ne sont pas excessifs au regard de l'intérêt qu'elle présente ; que, dès lors, ils ne sont pas de nature à lui retirer son caractère d'utilité publique ;

Considérant que le détournement de pouvoir allégué n'est pas établi ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. et Mme X ne sont pas fondés à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Toulouse a rejeté leur demande ;

Sur l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :

Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que l'Etat, qui n'est pas la partie perdante, soit condamné à verser à M. et Mme X la somme qu'ils demandent au titre des frais exposés par eux et non compris dans les dépens ;

DECIDE :

Article 1er : La requête de M. et Mme X est rejetée.

2

No 02BX01354


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. DE MALAFOSSE
Rapporteur ?: Mme Marie-Pierre VIARD
Rapporteur public ?: M. POUZOULET
Avocat(s) : THALAMAS

Origine de la décision

Formation : 5eme chambre (formation a 3)
Date de la décision : 07/11/2005

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.